S'inscrire à la newsletter
Le sous-bail commercial est-il un bail presque comme les autres ?

Le sous-bail commercial est-il un bail presque comme les autres ?

Publié le : 02/05/2016 02 mai Mai 2016
Par principe prohibé par l’article L. 145-31 du Code de commerce, le sous-bail commercial n’est régulier qu’à condition que le bailleur ait donné son accord – soit a priori dans le cadre du contrat de bail, soit en réponse à la demande du locataire, et qu’il ait été appelé à concourir à l’acte.Lorsque le bailleur le permet, le locataire ne peut cependant conférer au sous-locataire plus de droits qu’il n’en a lui-même au titre du bail principal. Ainsi, bien que le sous-bail soit soumis au statut des baux commerciaux, il est parfois impossible de lui appliquer la durée minimum de neuf ans prévue par l’article L. 145-4 du Code de commerce.

En effet, lorsque le sous-bail n’est pas consenti en même temps que le bail principal, sa durée ne peut être supérieure à la durée résiduelle du bail principal.


En l’espèce, la société sous-locataire avait délivré un congé non conforme aux formalités prévues par l’article L. 145-9 du Code de commerce.

Pour que soit reconnue la validité de son congé, la sous-locataire avait alors tenté de démontrer que les parties avaient renoncé aux dispositions du statut des baux commerciaux qui impose la délivrance d’un congé par acte extra-judiciaire pour le dernier jour du trimestre civil et au moins six mois à l’avance. Il faut dire que, non seulement la durée du sous-bail était inférieure aux neuf années prévues par l’article L. 145-4 du Code de commerce, mais la fin du sous-bail ne coïncidait pas avec le terme contractuel du bail principal.

Dans cet arrêt du 17 mars 2016, la Cour de cassation confirme la décision de la cour d’appel de Paris et retient que la durée prévue du sous-bail ne constituait pas une renonciation de l’une ou l’autre des parties aux dispositions du statut des baux commerciaux qui imposent la délivrance d’un congé par acte extra-judiciaire.


Plus généralement, elle rappelle qu’un sous-bail commercial peut être conclu pour une durée inférieure à celle, restant à courir, du bail principal, et confirme ainsi sa jurisprudence antérieure. Elle confirme également implicitement que la durée du sous-bail peut être inférieure à celle de la durée résiduelle du bail commerciale (Cass. Civ 3ème 24 février 1988 Bull. Civ. III n°44), sans que cela ait une quelconque incidence sur l’application du statut des baux commerciaux.

Notons que cette situation de dépendance du sous-bail par rapport au bail principal peut se révéler dangereuse pour le sous-locataire qui, lorsque les conditions du droit direct à l’encontre du bailleur principal ne sont pas réunies (notamment pour les locaux indivisibles en cas de sous-location partielle), risque de devenir occupant sans titre lors de la disparition du bail principal.


Cet arrêt est également l’occasion de rappeler que, si le sous-bail commercial est soumis en tous points au statut, il présente d’autres particularités que sa simple durée.

En effet, le droit au renouvellement dont bénéficie le sous-locataire est affaibli car il dépend encore une fois des droits que le locataire principal tient lui-même du propriétaire (article L. 145-32 alinéa 1 du Code de commerce). En outre, le sous-locataire étant tenu de maintenir la destination autorisée par le bail principal, on peut s’interroger sur l’application du mécanisme de déspécialisation prévu par l’article L. 145-47 du Code de commerce qui permet en principe au locataire d’adjoindre à l’activité prévue au bail une nouvelle activité.

Par conséquent, si le sous-bail commercial est un bail commercial comme les autres, il s’inscrit dans la limite des droits du locataire principal.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © herreneck - Fotolia.com

Auteur

CADENAT Laurence
Avocat Associé
CORNET, VINCENT, SEGUREL NANTES
NANTES (44)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 207 208 209 210 211 212 213 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.