S'inscrire à la newsletter
Occupation du domaine public et redevance

Occupation du domaine public et redevance : toute occupation donne lieu au paiement d'une redevance

Publié le : 07/05/2021 07 mai mai 05 2021

La règle fixée par l'article L2125 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques est le caractère onéreux de l'occupation du domaine public.

Ce principe, constamment rappelé, et désormais inscrit dans la loi, impose aux collectivités de prévoir des redevances d'occupation domaniale dans les autorisations unilatérales ou dans les conventions qu'elles accordent aux occupants du domaine public, quel que soit le mode d'occupation.

S'il s'agit d'un mode d'occupation à des fins d'exploitation économique, ou dans le cadre d'un contrat administratif, il faut faire application des mentions des articles L2125 – 1 et L2125 – 3 du code général de la propriété des personnes publiques.

La redevance doit alors tenir compte des avantages de toute nature procurés à l'occupant.

Cette règle ne trouve exception que pour quelques cas particuliers et notamment celui des associations poursuivant un but d'intérêt général.

Dans cette hypothèse, il appartient à la collectivité de faire délibérer son organe délibérant à l'effet de constater le caractère d'intérêt général du but poursuivi par telle ou telle association afin de, éventuellement, lui accorder la gratuité d'occupation.

En ce qui concerne les occupations à des fins d'exploitation économique, il n'existe aucune exception et tous les occupants doivent payer les redevances qui tiennent compte des avantages de toute nature qui leur sont procurés.

Ce peut être le cas des cafetiers, restaurateurs… etc.

Assurément, il est également possible à une collectivité d'aider les entreprises de son territoire et nous plaçons cette hypothèse-là dans une logique d'aide d'État au sens des articles 17 et 108 du Traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne.

Ces aides doivent alors être encadrées, notamment par des conventions d'objectif au titre des articles 10 et suivants de la loi numéro 2000 – 321 du 12 avril 2000.

Qu'en est-il si l'occupation du domaine public s'avère irrégulière ?

Une collectivité doit-elle considérer, au regard du caractère irrégulier de cette occupation, l'impossibilité de percevoir une redevance ?

La réponse est depuis longtemps apportée, et notamment dans un arrêt du conseil d'État rendu dans ses 9ème et 10ème sous-sections réunies le 16 mai 2011 sous le numéro 317 675.

Le conseil d'État rappelle, dans cette décision publiée au recueil Lebon, qu'une commune est fondée à réclamer à l'occupant sans titre du domaine public, au titre de la période d'occupation irrégulière, une indemnité compensant les revenus qu'elle aurait pu percevoir de l'occupant régulier pendant cette période.

À cette fin elle est fondée à demander le montant des redevances qui auraient été appliquées si l'occupant avait été placé dans une situation régulière.

La réponse est donc claire, et parfaitement logique au regard du principe obligatoire d'occupation du domaine public à titre onéreux.

On rappellera que les collectivités ont le plus grand intérêt à une rigoureuse identification de leur domaine public et des modalités de son occupation.

C'est le moyen de dynamiser les recettes et de faire en sorte, à périmètre égal, que le domaine public, répondant ainsi aux impératifs du code général de la propriété des personnes publiques, produise des revenus tenant compte des avantages de toute nature procurés aux occupants."


Cet article n'engage que son auteur.

 

Auteur

DROUINEAU Thomas
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK