S'inscrire à la newsletter

Prix de vente possible des immeubles : exigibilité du passif

Publié le : 25/07/2007 25 juillet Juil. 2007
La cour d'appel appelée à se prononcer sur l'existence de l'état de cessation des paiements n'a pas à rechercher si le passif exigible a été effectivement exigé, dès lors que le débiteur n'a pas allégué qu'il disposait d'une réserve de crédit ou d'un moratoire de la part de ses créanciers lui permettant de faire face à son passif exigible.

Cessation de paiements : caractérisationLa cour d'appel appelée à se prononcer sur l'existence de l'état de cessation des paiements n'a pas à rechercher si le passif exigible a été effectivement exigé, dès lors que le débiteur n'a pas allégué qu'il disposait d'une réserve de crédit ou d'un moratoire de la part de ses créanciers lui permettant de faire face à son passif exigible.

En conséquence, justifie légalement sa décision la cour d'appel qui retient l'état de cessation des paiements aux motifs que l'actif du débiteur, constitué de deux immeubles non encore vendus, n'est pas disponible et que le débiteur ne pourrait payer son passif exigible qu'avec le prix de vente de ces immeubles.

L'arrêt rapporté donne l'occasion à la Cour de cassation de rappeler sa jurisprudence relative à la caractérisation de l'état de cessation des paiements par les juges du fond. Selon la loi, il y a cessation des paiements lorsque l'entreprise est dans l'impossibilité de faire face à son passif exigible avec son actif disponible. Contrairement à ce qui a parfois été soutenu par les commentateurs de l'arrêt rendu par la chambre commerciale, financière et économique le 28 avril 1998 (pourvoi n° 95-21.969), la notion de cessation des paiements est unique et n'a pas varié dans la jurisprudence de la Cour de cassation. S'agissant de la notion de passif exigé, l'arrêt rapporté s'inscrit dans le droit fil de précédents arrêts (Cour de casation Chambre com., 17 juin 1997, Bull. 1997, IV, n° 193, p. 168; 12 novembre 1997, Bull. 1997, IV, n° 290, p. 251 ; 28 avril 1998, précité; 8 janvier 2002, pourvoi n° 98-22.406).

En conséquence...S'il appartient à celui qui demande l'ouverture de la procédure collective ou le report de la date de cessation des paiements de rapporter la preuve de l'impossibilité pour le débiteur de faire face à son passif exigible avec son actif disponible, il incombe en revanche au débiteur de démontrer que son actif disponible, tel qu'il paraît établi, s'est accru par l'effet d'une réserve de crédit ou que le passif exigible, tel qu'il résulte de la somme des dettes échues, doit être réduit de ce qui n'est plus exigé, en raison d'un report d'échéance ou d'un moratoire accordé par tel ou tel créancier.

Ainsi, s'agissant de l'espèce rapportée, le simple fait que le liquidateur ait indiqué devant la cour d'appel qu'aucune poursuite n'était en cours et que le passif déclaré n'était pas à ce jour exigé n'impliquait pas pour la cour d'appel l'obligation de rechercher si le passif exigible devait être réduit par l'effet d'un moratoire ou si l'actif disponible était augmenté d'un réserve de crédit, dès lors que le débiteur, à qui incombait la charge de cette preuve, ne faisait valoir devant les juges d'appel aucune contestation relative au montant ou aux caractéristiques de son passif et n'avait pas allégué qu'il bénéficiait d'un moratoire accordé par un créancier ou d'une réserve de crédit.

OFFICE NOTARIAL DE BAILLARGUES

Références- Cour de cassation, Chambre com., 27 février 2007 (Pourvoi N° 06-10.170), rejet
- Synthèse (note) du Service de documentation et d'études de la Cour de cassation, BICC, 15 juin 2007






Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 919 920 921 922 923 924 925 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.