S'inscrire à la newsletter

Radiation d'un Judoka condamné pour agressions sexuelles

Publié le : 18/12/2007 18 décembre déc. 2007
Le Conseil d'état confirme un arrêt de la Cour Administrative d'appel de MARSEILLE du 5 mai 2006 qui avait annulé la sanction prononcée par la fédération sportive de judo, kendo, jujitsu et disciplines associées, décision qui consistait en la radiation d'un licencié de cette fédération condamné par la Cour d'assises pour agressions sexuelles sur mineurs.

Actualité droit du sport- JudoLa fédération avait notamment estimé que la poursuite de l'activité sportive et la participation de ce licencié aux compétitions pouvaient présenter un risque pour les autres participants.

Se fondant sur l'article L 100-1 du Code du sport, le Conseil d'Etat considère que « compte tenu des objectifs assignés aux fédérations sportives par le législateur, il appartient ainsi à ces dernières, lorsqu'elles font usage, à l'encontre de l'un de leurs licenciés, du pouvoir disciplinaire dont elles disposent pour infliger une sanction à raison de manquements au respect des règles techniques et déontologiques définies par leurs statuts, assurer la protection des autres licenciés et garantir l'honorabilité de la pratique du sport dont elles ont la charge, de tenir compte, dans leur appréciation, des effets de la sanction envisagée sur l'éducation, l'intégration et la vie sociale de l'intéressé ».

Le Conseil d'Etat approuve donc la décision de la Cour d'appel en ce qu'elle avait estimé que les sanctions prononcées étaient disproportionnées et devaient donc être annulées car elles avaient pour conséquence d'interdire définitivement au sportif radié de pratiquer le judo au sein d'un club adhérent à la fédération et de participer aux compétitions organisées par la fédération.

Le Conseil d'Etat a notamment approuvé l'analyse des juges d'appel qui avaient estimé que les risques de récidive n'étaient pas avérés du fait de la présence obligatoire d'un enseignant.

Le Conseil d'Etat confirme également l'analyse des juges d'appel qui avaient estimé que la sanction faisait obstacle à une possibilité de réinsertion dans un sport où il avait pu obtenir de bons résultats.

Le principe de la fonction éducatrice et de la fonction de réinsertion du sport est donc une nouvelle fois affirmé par le conseil d'état.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

VIBERT Olivier
Avocat Associé
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 152 153 154 155 156 157 158 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.