S'inscrire à la newsletter
Recevabilité des conclusions d'intimé: pas de séances de rattrapage

Recevabilité des conclusions d'intimé: pas de séances de rattrapage

Publié le : 22/07/2013 22 juillet Juil. 2013
L’article 909 du code de procédure civile fait obligation à l’intimé de conclure et de former le cas échéant appel incident dans le délai de deux mois à compter de la signification des conclusions de l’appelant.

L’article 909 du code de procédure civileL’obligation est prescrite à peine d’irrecevabilité des conclusions et des pièces qui sont mentionnées au bordereau annexé aux conclusions.

S’il découle de l’article 38-1 du décret du 19 décembre 1991 que la demande d’aide juridictionnelle n’interrompt pas le délai d’appel, il résulte néanmoins de son alinéa 2 que les délais impartis pour conclure, mentionnés aux articles 908 à 910 du code de procédure civile, ne courent qu’à compter soit de la caducité de la demande, soit de la date à laquelle la décision d’admission ou de rejet de la demande est devenue définitive.






Dans une ordonnance rendue le 11 juillet 2013 (consorts DELHOMMEAU/MEUNIER - RG : 12/02522), le magistrat chargé de la mise en état près la cour d’appel d’ANGERS, saisi sur le fondement des dispositions de l’article 914 du code de procédure civile, prend soin de rappeler qu’il est bien évident qu’afin de pouvoir bénéficier de ces dispositions dérogatoires, celui qui sollicite l’aide juridictionnelle doit justifier du dépôt de sa demande avant l’expiration des délais impartis pour conclure.

Et que faute de justifier d’avoir déposé sa demande d’aide juridictionnelle dans le délai de deux mois à compter de la date de notification des conclusions de l’appelant, les conclusions doivent être déclarées irrecevables et les pièces qui y sont annexées écartées des débats.

Dans le cadre d’une seconde affaire (MAROLLEAU/PLICHON-GAN ASSURANCES - RG : 13/00908), qui a donné lieu à une autre ordonnance du même jour, le magistrat chargé de la mise en état près la cour d’appel d’ANGERS, également saisi sur le fondement des dispositions de l’article 914 du code de procédure civile, indique très clairement que l’intimé qui n’est plus recevable à régulariser appel incident, pour ne pas l’avoir fait dans le délai de deux mois à compter de la signification des conclusions de l’appelant, ne peut alors procéder par le biais de la régularisation d’un appel principal, lorsque la décision de première instance n’a pas été signifiée.

Après avoir constaté que l’intimé serait de toute évidence irrecevable à conclure dans l’instance principale instruite devant la cour, dès lors que les conclusions de l’appelant avaient été signifiées depuis plus de deux mois, le magistrat indique que l’appel principal ultérieurement régularisé doit être déclaré irrecevable, puisque s’il était admis, il aurait pour conséquence de méconnaître la sanction de l’irrecevabilité prévue à l’article 909 du code de procédure civile en lui ouvrant une voie de réformation, alors que le jour où il a été formé, la cour ne pouvait plus être saisie de son appel incident.

Aussi stricte soit elle, la lecture qui est donnée dans les deux cas aux dispositions de l’article 909 du code de procédure civile est parfaitement conforme à l’esprit du texte et on ne peut que s’en féliciter.





Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Maxim_Kazmin - Fotolia.com

Auteur

Ludovic GAUVIN
Avocat Associé
ANTARIUS AVOCATS
ANGERS (49)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 381 382 383 384 385 386 387 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.