S'inscrire à la newsletter
Banque

Responsabilité du créancier en cas de retrait ou de rupture d’un crédit

Publié le : 12/01/2021 12 janvier janv. 01 2021

Pour la Cour de cassation (arrêts de la Chambre commerciale du 23 septembre 2020 n°18-23221 et n°19-12542) seule la responsabilité du créancier lors de l’octroi d’un crédit est limitée par l’article L650-1 du code de commerce. Ce texte ne s’applique pas au retrait ou à la rupture d’un crédit.

Dans la première affaire les faits étaient les suivants :

Une banque consent un prêt à la Société CHERY BURO. Deux personnes se portent cautions.

La Société BURO CHERY est placée en redressement judiciaire puis en liquidation.

La banque assigne alors les cautions pour obtenir le paiement des sommes dues par la Société.

Les cautions invoquent en défense la responsabilité de la banque au titre de la rupture du crédit.

La Cour d’appel de NANCY, (25 juillet 2018) n’a pas fait droit à la mise en cause de la responsabilité de la banque par les cautions au titre de la rupture du crédit. La Cour d’appel a condamné les cautions au paiement d’une somme de 94.436,29 €.

La Cour d’appel a jugé que l’article L650-1 du code de commerce limitait la responsabilité des créanciers en cas du retrait d’un prêt ou crédit.
Les cautions ont formé un pourvoi.

Dans la deuxième affaire, une action en rupture abusive de crédit a été initiée par le liquidateur d’une société et son actionnaire qui avait vu deux banques rompre les concours bancaires accordés à cette société. La société a ensuite été placée en liquidation judiciaire.

La Cour d’appel de Bourges (22 novembre 2018) a rejeté la mise en cause de la responsabilité des banques sur le fondement de l’article L650-1 du code de commerce. Pour la Cour d’appel, cet article faisait obstacle à ce que la responsabilité des banques soient mises en cause.

Le liquidateur et l’actionnaire ont formé un pourvoi.

La question soulevée par ces pourvois était de savoir si l’article L650-1 du code de commerce s’appliquait également à la rupture d’un crédit.

Il est utile de rappeler que cet article L650-1 dispose que :

« Les créanciers ne peuvent être tenus pour responsables des préjudices subis du fait des concours consentis, sauf les cas de fraude, d’immixtion caractérisée dans la gestion du débiteur ou si les garanties prises en contrepartie de ces concours sont disproportionnées à ceux-ci.
Pour le cas où la responsabilité d’un créancier est reconnue, les garanties prises en contrepartie de ses concours sont nulles. »

Ce texte instaure donc une protection des créanciers dans le cadre des procédures collectives qui ne peuvent voir leur responsabilité engagée en raison des concours consentis.

La rédaction de cet article L650-1 du code de commerce limitait t’elle aussi la responsabilité des créanciers en raison des retraits de leurs concours ?

La Cour de cassation juge que « les dispositions de l’article L. 650-1 du code de commerce ne concernant que la responsabilité du créancier lorsqu’elle est recherchée du fait des concours qu’il a consentis, seul l’octroi estimé fautif de ceux-ci, et non leur retrait, peut donner lieu à l’application de ce texte, la cour d’appel a, par fausse application, violé celui-ci. »

La Cour de cassation vient donc limiter le champ d’application de l’article L650-1 du code de commerce.

Ce texte ne limite la responsabilité que lors de l’octroi d’un crédit et non lors d’un retrait de ce crédit.


La banque qui rompt de manière brutale un crédit pourrait donc être condamnée sans pouvoir invoquer cet article L650-1 du code de commerce.

Cette précision apportée par la Cour de cassation ouvre donc la possibilité pour les sociétés en sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire d’intenter une action en responsabilité contre un créancier, dont bien évidemment les banques, qui aurait rompu un crédit de manière brutale.

Les garants et notamment les cautions, pourront également invoquer cette responsabilité si une banque rompt brutalement ses concours.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

VIBERT Olivier
Avocat Associé
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK