S'inscrire à la newsletter
Validité des constats sur internet et la Norme AFNOR NFZ 67-147 du 11 septembre 2010

Validité des constats sur internet et la Norme AFNOR NFZ 67-147 du 11 septembre 2010

Publié le : 03/05/2013 03 mai Mai 2013
Cette affaire concerne l'action engagée par l'un des trois cofondateurs de la société exploitant le logiciel "Facebook Dislike", à l'encontre des deux autres cofondateurs, afin de faire reconnaître ses droits d'auteur sur le logiciel.

Arrêt du 27/02/2013, Cour d'Appel de Paris, Pôle 5 Ch.1Cette application sur Facebook permet aux internautes de pouvoir dire "je n’aime pas" notamment à une publication, à un commentaire, à une photo mis en ligne.





Le requérant, qui tente d'obtenir gain de cause en appel sur sa qualité d'auteur, a fourni à l'appui de ses allégations, des constats d'huissier effectués sur l'internet. Ceux-ci avaient été reconnus valables en première instance. Aussi, les intimés soulèvent à nouveau en appel la nullité des constats internet au regard du prétendu non-respect des règles jurisprudentielles ainsi que de la norme AFNOR NFZ 67-147 du 11 septembre 2010 concernant le "mode opératoire de procès-verbal de constat sur internet effectué par l'huissier de justice".

En l'espèce, il est notamment reproché à l'huissier de ne pas avoir vérifié les serveurs DNS comme le prévoit la norme AFNOR et de s'être connecté directement aux URL fournies par le requérant, sans avoir parcouru et décrit le cheminement normal d'un internaute pour accéder à ces adresses URL.

Dans cet arrêt du 27 février 2013, la Cour d'Appel de Paris a confirmé, à juste titre, le jugement de première instance en refusant de s'appuyer sur la norme AFNOR pour se prononcer sur la validité des constats internet. La Cour a notamment estimé que cette norme « n’a aucun caractère obligatoire et ne constitue qu’un recueil de recommandations de bonnes pratiques ; qu’ainsi les griefs fondés uniquement sur le non-respect de cette norme, notamment pour la vérification des serveurs DNS, ne sont pas pertinents ». Ainsi, le seul fait de ne pas avoir respecté cette norme lors des constats effectués sur l'internet n’entraîne pas leur nullité et ne permet pas d'en demander l'annulation devant les juges.

La validité des procès-verbaux de constats sur l'internet suppose, en revanche, le respect et la description du mode opératoire et des prérequis techniques qui sont fixés par la jurisprudence. Aussi, lorsque ces exigences techniques ne sont pas respectées, les constats d’huissier sur l'internet peuvent-ils être annulés et sont alors dépourvus de toute force probante.

La Cour d'Appel de Paris a, sur ce point, réfuté les arguments des intimés sur la validité des constats internet considérant que les huissiers de justice ont « respecté les diligences préalables nécessaires et suffisantes à la validité et à la force probante d'un constat effectué sur internet ». La Cour établit à cette occasion, une liste utile de prérequis techniques justifiant la validité desdits constats internet, à savoir : « description du matériel ayant servi aux constatations, indication de l'adresse IP de l'ordinateur ayant servi aux opérations de constat, caches de l'ordinateur vidés préalablement à l'ensemble des constations, désactivation de la connexion proxy, suppression de l'ensemble des fichiers temporaire stockés sur l'ordinateur ainsi que l'ensemble des cookies et historique de navigation ».

Par ailleurs, la Cour a considéré que le fait que l'huissier se soit rendu directement sur l’URL indiquée par le requérant, sans passer par le site internet d’origine, ne porte pas atteinte à la validité, ni à la force probante, des constats « qui établissent seulement l’existence des pages litigieuses depuis ces adresses, dont au demeurant les intitulés démontrent qu’il s’agit bien de pages auxquelles l’internaute peut accéder à partir des sites internet d’origine».

La Cour a dès lors confirmé le jugement de première instance sur la question de la validité des constats effectués sur l'internet.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Andrzej Puchta - Fotolia.com

Auteur

CARSIN Anne-Hélène
Avocat Collaborateur
FELTESSE WARUSFEL PASQUIER & ASSOCIES - FWPA
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 402 403 404 405 406 407 408 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.