S'inscrire à la newsletter

Fin de l’insécurité juridique entourant la mise en œuvre de la mutation intra-groupe : la rupture conventionnelle n’est pas applicable

Publié le : 22/06/2016 22 juin juin 06 2016

Un arrêt de la Cour de Cassation du 8 juin 2016 vient mettre fin à l’insécurité juridique qui régnait depuis fin 2014 sur les modalités de rupture du contrat à durée indéterminée dans le cadre d’un transfert de salarié entre sociétés d’un même groupe.L’arrêt de la Cour de Cassation du 8 juin 2016 n° 15-17555 vient mettre fin à l’insécurité juridique qui régnait depuis fin 2014 sur les modalités de rupture du contrat à durée indéterminée dans le cadre d’un transfert de salarié entre sociétés d’un même groupe.

En effet, dans cette situation, il est habituellement conclu un contrat tripartite entre l’ancien employeur, le nouvel employeur et le salarié faisant l’objet du transfert.

Ce contrat prévoit traditionnellement la rupture amiable du premier contrat entre le salarié et l’ancien employeur et parallèlement, la création d’un nouveau contrat entre le salarié et le nouvel employeur.

Or, par un arrêt du 15 octobre 2014 (n° 11-22251), la Cour de Cassation a précisé que pour rompre un contrat à durée indéterminée d’un commun accord, seule la voie de la rupture conventionnelle est désormais ouverte.

La question se posait donc de savoir comment mettre en œuvre en pratique le transfert des contrats intra-groupe :


  • Soit l’on devait considérer qu’il n’y avait pas rupture du premier contrat, mais un simple transfert ou une cession du contrat de travail, mais il existait, notamment, le risque que le salarié sollicite ultérieurement sa réintégration dans sa première entreprise, ou qu’il revendique l’existence d’un coemploi entre ses deux employeurs en cas d’insolvabilité de l’un ;
  • Soit l’on devait considérer qu’il y avait rupture du premier contrat et dans ce cas, la rupture ne pouvait intervenir que par le biais d’une démission (impliquant une initiative personnelle du salarié), d’un licenciement ou d’une rupture conventionnelle (impliquant le versement d’une indemnité de rupture).


La position des employeurs était donc très délicate.

Cette incertitude est désormais levée par la Cour de Cassation dans son arrêt de principe du 8 juin 2016 n° n°15-17555 :

« Vu les articles L. 1231-1 et L. 1237-11 du code du travail, ensemble l’article 1134 du code civil ;

Attendu que les dispositions de l’article L. 1237-11 du code du travail relatives à la rupture conventionnelle entre un salarié et son employeur ne sont pas applicables à une convention tripartite conclue entre un salarié et deux employeurs successifs ayant pour objet d’organiser, non pas la rupture, mais la poursuite du contrat de travail ».

Cette solution est évidente mais devait être clairement affirmée.

Pour autant, cette jurisprudence ne remet pas en cause la décision précitée du 15 octobre 2014 et la rupture conventionnelle reste la seule voie possible pour rompre un contrat d’un commun accord.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : ©Chany167 - Fotolia.com

Auteur

Magalie MARCHESSEAU LUCAS
Avocat Associée
AVOCADOUR
Pau (64)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.