S'inscrire à la newsletter
La sécurité du don du sang devant la justice

La sécurité du don du sang devant la justice

Publié le : 07/09/2016 07 septembre sept. 09 2016

La sécurité des donneurs de sang est-elle correctement assurée ? La question a été au cœur des débats du tribunal correctionnel de Lyon, lundi 5 et mardi 6 septembre, dans un procès pour homicide involontaire qui a vu comparaître une infirmière, un médecin et l’Etablissement français du sang (EFS), impliqués dans la chaîne des responsabilités présumées à l’origine du décès d’une jeune femme, au cours d’un prélèvement de plasma.Les faits remontent au 24 septembre 2009, dans le local de transfusion de l’EFS situé à l’Hôtel-Dieu, un des plus anciens hôpitaux de Lyon, reconverti depuis en complexe de luxe. Appelée par l’établissement en manque de stocks, Eve Marre, 29 ans, accorde bénévolement un don de plasma. L’infirmière fixe un kit à la machine, composé de deux pochettes de produits aux circuits et débits différents. Du chlorure de sodium, plus communément appelé sérum physiologique, destiné à hydrater le patient, sans danger. Et du citrate de sodium, anticoagulant à usage limité. Le sang passe par la machine durant trois quarts d’heure environ, pour séparer les éléments par centrifugation.

En fin de séance, Eve est prise d’un violent malaise. Les multiples tentatives de réanimation restent vaines. Les urgentistes la placent dans un caisson hyperbare, envisageant une malencontreuse bulle d'air dans le sang.
Personne n'imagine que la jeune femme a pu être empoisonnée par une injection massive de sitrate de sodium, à cause d’une inversion des poches.

Pour François HONNORAT, avocat de la famille d'Eve Marre, la douloureuse histoire de la collecte de sang en France pèse encore dans les pratiques. Créées en 1998 en lieu et place du CNTS, à la suite du scandale du sang contaminé, l'EFS a tout fait pour réhabiliter la sécurité sanitaire des produits sanguins, en pensant aux receveurs qui avaient subi une des pires crises sanitaires du pays.

Il a obtenu des certifications dans le traitement des produits. Aurait-il délaissé la sécurité des donneurs ? " Dans ce mouvement historique, on a le sentiment que la sécurité du donneur est une notion totalement minorée, abstraite, théorique", estime l’avocat.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © jat306 - Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.