S'inscrire à la newsletter

Pilule de troisième et quatrième génération et principe de précaution

Publié le : 10/01/2013 10 janvier Janv. 2013
Après qu’une première plainte ait été déposée par une citoyenne française victime d’un AVC en raison de la prise d’une pilule de troisième génération, des débats virulents naissent à l’endroit du déremboursement des contraceptifs jugés délétères.

France : déremboursement des pilules de 3ème et 4ème génération en marsLe nombre de plaintes déposées contre les laboratoires pharmaceutiques fabricant les pilules de troisième et de quatrième génération augmente de manière incrémentale. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Suisse, le groupe Bayer est attaqué tant pour sa pilule Yaz que pour sa pilule Yasmine. En Suisse, c'est une caisse d'asurance maladie qui a porté plainte contre le laboratoire allemand puisque cette dernière avait à prendre en charge les frais de soins d'une victime de 16 ans handicapée à la suite d'une thrombose (Le Figaro, 9 janvier 2013, "Pilule: plainte suisse contre Bayer").


En France, la Ministre de la Santé a annoncé que les pilules de troisième et de quatrième génération ne seraient plus remboursées à compter du mois de mars prochain. Certains commentateurs craignent ce que d’aucuns qualifient de «panique à la pilule». Ainsi, en 1995, un rapport publié au Royaume-Uni dressant les effets délétères de la pilule de troisième et de quatrième génération avait entraîné une baisse des ventes desdits contraceptifs et une augmentation corrélative du nombre d’interruptions volontaire de grossesse.


Risque de thrombose veineuse démultiplié, AVC, si ces maladies effrayent, les journalistes sont nombreux à mettre en lumière qu’il faut cependant raison garder et ne pas crier haro sur un médicament qui a libéré tant de femmes. Le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) (site officiel) affirmait sans ambages qu’il faut «éviter à tout prix une crise de confiance ».


►Sources :


Le Monde, 5 janvier 2013, « Pilule de troisième génération : ‘’Il faut éviter une crise de conscience’’ ».


Libération, 3 janvier 2013, « Du bon usage de la pilule ».



RAMA Chloé





Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.