S'inscrire à la newsletter

Contentieux

Les collectivités territoriales (la notion de collectivité locale n'existant plus depuis la révision constitutionnelle de 2003) sont des structures administratives françaises, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis.

Un contentieux peut intervenir avec une Collectivité.
Les litiges intervenant avec une collectivité ne sont pas régis par le droit commun.
En effet, c’est alors le droit public qui s’applique.
Les litiges avec l’administration ne relèvent pas de l’ordre judiciaire, mais des tribunaux administratifs.

Une collectivité peut avoir recours à un avocat.
Pour ces litiges d’une nature particulière, il est nécessaire d’avoir recours à un spécialiste en la matière, habitué à traiter des affaires avec les collectivités.

Par exemple un administré est victime d’un accident du travail et veut mettre en cause la responsabilité de l’administration.

Mais, l’avocat spécialisé en Droit Public peut également intervenir en amont, et jouer son rôle de conseil :
Par exemple, vous êtes élu et vous posez des questions sur les modalités d’exercice du droit de préemption.
Ou bien, vous vous voulez savoir quelle est l’étendue des pouvoirs d’un maire.


Vous retrouverez dans notre rubrique Litige les thèmes suivants :
Responsabilité administrative
Responsabilité civile et pénale de l’élu
Tribunal administratif / Procédure administrative

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux litiges entre une administration et un administré, entre des Collectivités, à la responsabilité des élus, à la procédure devant le tribunal administratif et devant le Conseil d’Etat…

De l’importance de bien choisir les pouvoirs de police face à un immeuble frappé de péril imminent

Publié le : 27/08/2019 27 août Août 2019
Collectivités / Contentieux / Responsabilité administrative
Après l’effondrement de trois immeubles rue d’Aubagne à Marseille et la dénonciation de l’inaction des élus face à la vétusté de certains quartiers populaires, les pouvoirs publics réinterrogent légitimement les moyens dont ils disposent pour faire face aux situations de péril menaçant un immeu...

La marchandisation du domaine public : quel point commun entre le domaine de Chambord et la bière Kronembourg ?

Publié le : 14/06/2019 14 juin Juin 2019
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
L'on sait que l'article L711 – 4 du code de la propriété intellectuelle autorise en son h) la possibilité d'utiliser le nom d'une collectivité, sauf à porter atteinte au nom, à l'image ou à la renommée d'une collectivité territoriale. Cet article dispose :  Ne peut être adopté comme marqu...

Un conseiller municipal délégué peut-il être désigné en cours de mandat ?

Publié le : 28/05/2019 28 mai Mai 2019
Collectivités / Contentieux
A quelques mois des élections municipales, il n’est pas rare que des municipalités décident de modifier l’organisation des délégations et des responsabilités au sein de l’assemblée.   L’article L. 2122-2 du code général des collectivités territoriales, dispose que : « Le conseil municipal déte...
Conseil d'Etat

Pas d’obligation d’indiquer dans l’avis d’audience la possibilité de déposer une note en délibéré dans le cadre d’un référé-suspension

Publié le : 15/05/2019 15 mai Mai 2019
L’absence, dans l’avis d’audience, de l’indication de la possibilité de déposer une note en délibéré, entache-t-elle d’irrégularité la procédure de référé-suspension au terme de laquelle l’ordonnance contestée a été rendue ?


C’est la question à laquelle le Conseil d’Etat a répondu négativement dans une décision rendue le 25 janvier 2019.

En l’espèce, la requérante reprochait à la convocation à l’audience de référé suspension de n’avoir pas précisé la possibilité de dépôt d’une note en délibéré et en concluait que la procédure étant irrégulière, l’ordonnance rendue à son terme devait être annulée.

 
C’est au visa des articles L. 521-1, L. 522-1, R. 522-6, R. 711-2 et R. 731-3 du Code de justice administrative que le Conseil d’Etat estime «qu’il appartient au juge des référés saisi sur le fondement de l’article L. 521-1 de ce code, compte tenu des caractéristiques de cette procédure, d’aviser les parties de la date d’audience par tous moyens utiles, sans que s’appliquent les règles fixées par l’article R. 711-2».
 

Tant les dispositions du Code de justice administrative que la jurisprudence tendent à concilier les exigences du procès équitable avec celles propres aux procédures d’urgence. La solution retenue apparait conforme à cette double préoccupation

 

I - La soumission du procès administratif aux exigences du procès équitable -au rang desquelles le respect du contradictoire- ne fait plus de doute


L'instruction des affaires est contradictoire, le principe est posé au titre préliminaire du Code de justice administrative à l’article L. 5.
 
La possibilité d’adresser une note en délibéré participe du caractère contradictoire de la procédure administrative.
 
C’est la portée qui lui a été reconnue par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH, 7 juin 2001, Req. 39594/98), en un temps où il n’était pas possible aux parties de présenter des observations orales après que le commissaire du Gouvernement eut exposé ses conclusions.
 
Certes, le décret n° 2009-14 du 7 janvier 2009, relatif au rapporteur public des juridictions administratives et au déroulement de l'audience devant ces juridictions a permis aux parties de rependre la parole pour répliquer éventuellement aux conclusions du rapporteur public -qui a succédé au commissaire du Gouvernement- puis le décret n° 2011-1950 du 23 décembre 2011 modifiant le Code de justice administrative a modifié l’ordre des prises de parole successives de sorte que les parties présentent désormais leurs observations orales après les conclusions du rapporteur public.

Pour autant, la possibilité de déposer une note en délibéré n’a pas été remise en question.
 

Cette faculté accuse d’ailleurs une différence notable avec la procédure civile qui prohibe le dépôt d’une note en délibéré, sauf dans le cas où le juge l’a expressément sollicitée (C. proc. civ., art. 455).

 
Ainsi, les dispositions de l’article R. 711-2 prévoient que l'avis d'audience par lequel toute partie est avertie par lettre recommandée avec accusé de réception ou par la voie administrative, du jour où l'affaire sera appelée à l'audience, reproduit les dispositions des articles R. 731-3 relatives à la faculté de déposer une note en délibéré, et R. 732-1-1portant sur la possible dispense de conclusions du rapporteur public [1].
 
Ces prescriptions, de nature réglementaire, s’inscrivent dans le Livre VII : «Le jugement», Titre Ier : «L'inscription au rôle», Chapitre Ier : «Dispositions applicables aux tribunaux administratifs et aux cours administratives d'appel» (CJA, art. R. 711-1 à R. 711-4).
 
L’article R. 731-3, qui s’inscrit dans le livre VII «Le jugement», titre III «La tenue de l’audience et le délibéré», chapitre 1er «Dispositions générales», dispose quant à lui : «à l’issue de l’audience, toute partie à l’instance peut adresser au président de la formation de jugement une note en délibéré».
 
En désignant le président de la formation de jugement, le texte ne semble pas concerner le juge des référés, a fortiori, le juge des référés statuant en urgence, la procédure devant ce dernier étant traitée au livre V, titre II (article R. 522-1 à R. 522-14).
 
La distinction juge des référés/juge du fond, ou encore juge du provisoire/juge du principal conduit à penser que les deux régimes doivent s’articuler, avec une réserve concernant le juge unique statuant en qualité de juge du fond ou le juge des référés en matière contractuelle, lorsque ses pouvoirs relèvent de ceux du juge du fond [2]
 
Pour autant, la faculté de déposer une note en délibéré ne disparaît pas dans les procédures à juge unique, ni devant le juge des référés.
 
D’ailleurs, avant que la note en délibéré soit reconnue par le code de justice administrative (ancien article R. 731-5 issu du décret n° 2005-1586 du 19 décembre 2005 devenu article R. 731-3), son usage s’était spontanément répandu devant la juridiction administrative -les professionnels ne l’ignorent pas- et le Conseil d’Etat avait progressivement fixé les règles encadrant cette pratique.
 
La note en délibéré constitue donc bien un droit pour les parties à l’instance, dès lors qu’une audience s’est tenue.
 
Ainsi, dans le cas où le jugement est rendu le jour même de l’audience sans que les parties en aient été préalablement averties, «elles ne peuvent être regardées comme ayant été mises à même d’exercer leur droit de présenter une note en délibéré ; ce jugement a dès lors été rendu au terme d’une procédure irrégulière» (CE, 16 mars 2010, n° 312890).
 
Mais si le «droit à» la note en délibéré doit être considéré comme acquis tant devant la formation de jugement -collégiale ou à juge unique- que devant le juge des référés, le formalisme de l’article R 711-2 s’impose-t-il à la convocation à l’audience de référé sous condition d’urgence ?

 

II - Le Code de justice administrative adapte à l’urgence certaines règles de procédure, et la jurisprudence du Conseil d’Etat a déjà admis que certaines exigences de forme soient atténuées ou disparaissent devant l’urgence

 
L’article L. 5 du Code de justice administrative (Titre préliminaire), après avoir rappelé que l'instruction des affaires est contradictoire, prévoit expressément que les exigences de la contradiction sont adaptées à celles de l'urgence.
 
Ainsi, l’article L. 522-1 du Code de justice administrative dispose que le juge des référés statue au terme d'une procédure contradictoire écrite ou orale et que, lorsqu'il lui est demandé de prononcer les mesures visées aux articles L. 521-1 et L. 521-2 (référé-suspension et référé-liberté), de les modifier ou d'y mettre fin, il informe sans délai les parties de la date et de l'heure de l'audience publique. Sauf renvoi à une formation collégiale, l'audience se déroule sans conclusions du rapporteur public.
 
L’article L. 522-1 figure dans la partie législative du Code de justice administrative, au titre II «Le juge des référés statuant en urgence», chapitre 2 «Procédure».
 
Ses dispositions, de nature législative, semblent bien organiser des règles de procédure dérogatoires en matière de référé sous condition d’urgence.
 
Le principe selon lequel les règles spéciales dérogent aux règles générales n’est pas inconnu du droit administratif [3].
 
De la rédaction de l’article L. 522-1, on pourrait donc tirer la conclusion que l’information qui doit être portée à la connaissance des parties est limitée à la date et à l’heure de l’audience publique.
 
L’article L. 522-1 est en outre complété par l’article R. 522-6aux termes duquel, lorsque le juge des référés est saisi d'une demande fondée sur les dispositions de l'article L. 521-1 ou de l'article L. 521-2, les parties sont convoquées sans délai et par tous moyens à l'audience.
 
Cette précision participe également de l’adaptation de l’instruction contradictoire à l’urgence.
 

Informer «sans délai» et «par tous moyens», eu égard à l’urgence qui s’attache à voir suspendue l’exécution d’une décision administrative qui serait illégale ou prise toute mesure de nature à sauvegarder une liberté fondamentale, signifie-t-il aussi «sans formes» ?

 
En ce cas, les formalités prévues à l‘article R. 711-2 ne s’appliqueraient pas en matière de référés suspension et liberté -et notamment celle relative à la note en délibéré-.
 

Le Conseil d’Etat l’avait déjà jugé à propos du référé dit «mesures utiles» (CJA, art. L. 521-3) qui, bien que n’étant pas visé expressément à l’article R. 522-1, constitue une procédure de référé sous condition d’urgence : si le juge décide de tenir une audience -laquelle est facultative- la convocation à l’audience n’est pas tenue d’observer les règles posées par l’art. R. 711-2 (CE, 15 mars 2004, n° 259803), donc de reproduire les dispositions des articles R. 731-3 (relatif à la note en délibéré) et R. 732-1-1 (dispense de conclusions du rapporteur public).
 
En l’espèce, l’ordonnance déférée au Conseil d’Etat et ayant abouti à l’arrêt du 25 janvier 2019 avait été rendue dans le cadre d’un référé suspension.
 
Une telle procédure est effectivement conditionnée par l’urgence, au terme des dispositions de l’article L. 521-1 du Code de justice administrative.
 
Le formalisme de la convocation doit s’en trouver allégé par l’application combinée des textes susvisés.
 
Au demeurant, si le défaut d’information des parties sur la possibilité de déposer une note en délibéré peut compromettre l’efficacité de cette garantie procédurale, l’absence de mention sur la convocation ne remet pas en cause le droit de déposer une telle note.
 
                                                                                                                             
L'article n'engage que son auteur.


[1] CJA, R. 732-1 : Sans préjudice de l'application des dispositions spécifiques à certains contentieux prévoyant que l'audience se déroule sans conclusions du rapporteur public, le président de la formation de jugement ou le magistrat statuant seul peut dispenser le rapporteur public, sur sa proposition, de prononcer des conclusions à l'audience sur tout litige relevant de certains contentieux. Il mentionne également les modalités selon lesquelles les parties ou leurs mandataires peuvent prendre connaissance du sens des conclusions du rapporteur public, en application du premier alinéa de l'article R. 711-3 ou, si l'affaire relève des dispositions de l'article R. 732-1-1, de la décision prise sur la dispense de conclusions du rapporteur public, en application du second alinéa de l'article R. 711-3. L'avertissement est donné sept jours au moins avant l'audience. Toutefois, en cas d'urgence, ce délai peut être réduit à deux jours par une décision expresse du président de la formation de jugement qui est mentionnée sur l'avis d'audience.

[2] L. Maréchal, La distinction entre le juge des référés et le juge du fond, in Les juges du contrat administratif, Actes de la journée d'études de l'A.E.D.P., 2 avril 2013.

[3] Ch.-A. Dubreuil, Les adages et la rigueur du droit administratif, Revue française de droit administratif, Dalloz, 2014.

Auteur

CHARLES-NEVEU Brigitte
Avocat Associé
NEVEU, CHARLES & ASSOCIES
NICE (06)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris