S'inscrire à la newsletter

Contentieux

Les collectivités territoriales (la notion de collectivité locale n'existant plus depuis la révision constitutionnelle de 2003) sont des structures administratives françaises, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis.

Un contentieux peut intervenir avec une Collectivité.
Les litiges intervenant avec une collectivité ne sont pas régis par le droit commun.
En effet, c’est alors le droit public qui s’applique.
Les litiges avec l’administration ne relèvent pas de l’ordre judiciaire, mais des tribunaux administratifs.

Une collectivité peut avoir recours à un avocat.
Pour ces litiges d’une nature particulière, il est nécessaire d’avoir recours à un spécialiste en la matière, habitué à traiter des affaires avec les collectivités.

Par exemple un administré est victime d’un accident du travail et veut mettre en cause la responsabilité de l’administration.

Mais, l’avocat spécialisé en Droit Public peut également intervenir en amont, et jouer son rôle de conseil :
Par exemple, vous êtes élu et vous posez des questions sur les modalités d’exercice du droit de préemption.
Ou bien, vous vous voulez savoir quelle est l’étendue des pouvoirs d’un maire.


Vous retrouverez dans notre rubrique Litige les thèmes suivants :
Responsabilité administrative
Responsabilité civile et pénale de l’élu
Tribunal administratif / Procédure administrative

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux litiges entre une administration et un administré, entre des Collectivités, à la responsabilité des élus, à la procédure devant le tribunal administratif et devant le Conseil d’Etat…

Convention d'occupation domaniale : la résiliation pour motif d'intérêt général

Publié le : 01/10/2020 01 octobre oct. 10 2020
Collectivités / Contentieux / Responsabilité administrative
Les conventions d'occupation domaniale telle qu'elles sont définies par le code général de la propriété des personnes publiques sont une obligation, on le sait, pour occuper une dépendance du domaine public quel que soit le motif de cette occupation. L'article L2121 – 1 de ce code est partic...

Concession funéraire, droit au renouvellement et droit de propriété

Publié le : 30/06/2020 30 juin juin 06 2020
Particuliers / Famille / Successions
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
Les dispositions prévoyant qu'après l'expiration d'une concession funéraire, et en l'absence d'exercice du droit à renouvellement dans le délai imparti, le terrain, qui appartient au domaine public de la commune, fait retour à cette dernière alors que les monuments et emblèmes funéraires sont i...

Agression d'un maire : le préjudice moral de la commune reconnu

Publié le : 20/11/2020 20 novembre nov. 11 2020
Collectivités / Contentieux / Tribunal administratif/ Procédure administrative
Par un communiqué de presse du 31 juillet 2020, l’association des maires de France condamnait les agressions envers les maires et les élus municipaux : « Cela ne peut être accepté et l’AMF condamne fermement tous ces actes, qui illustrent, malheureusement, le climat d’insécurité auxquels sont...
Modification du code de justice administrative : de la justice administrative de demain

Modification du code de justice administrative : de la justice administrative de demain

Publié le : 07/12/2016 07 décembre déc. 12 2016

Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016, dit "JAD" (pour Justice Administrative de Demain), modifie un certain nombre de dispositions du Code de Justice Administrative, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.

Ce décret procède à un toilettage de la procédure devant les juridictions administratives et comporte d'importantes évolutions procédurales destinées, comme l'indique le Conseil d'Etat dans son communiqué du 4 novembre 2016 : "à accélérer le traitement de certaines requêtes, à renforcer les conditions d'accès au Juge, à dynamiser l'instruction et à adapter l'organisation et le fonctionnement des juridictions administratives à de nouveaux défis".

Les évolutions les plus importantes méritent d'être ici rappelées, dès lors qu'elles auront un impact sur la pratique quotidienne du contentieux administratif.


1. L'extension de l'obligation de liaison préalable du contentieux

L'obligation de liaison du contentieux par une décision préalable est étendu aux litiges de travaux publics, lesquels faisaient historiquement l'objet d'une exception à cette règle de procédure administrative.

Ce domaine n'échappera désormais donc plus à l'obligation de décision préalable posée à l'article R.421-1 du Code de Justice Administrative.

Par ailleurs, dans les litiges indemnitaires, la requête ne sera recevable "qu'après l'intervention de la décision prise par l'administration sur une demande préalablement formée devant elle" (Article R.421-1 alinéa 2 du CJA).

Le juge administratif ne pourra ainsi être saisi que si une décision de rejet explicite ou implicite est préalablement intervenue, alors que la jurisprudence tolérait jusqu'alors qu'une requête indemnitaire soit déposée sans demande indemnitaire préalable, cette dernière pouvant être faite après l'introduction du recours contentieux, pourvu que la décision de l'administration intervienne avant que la juridiction ne statue.

Enfin, l'article R.421-3 du Code de Justice Administrative est modifié et supprime l'exigence d'une décision expresse de rejet pour faire courir le délai de recours en matière de plein contentieux.
 

2. Les évolutions relatives au ministère d'avocat

Le ministère d'avocat devient obligatoire pour les litiges de travaux publics et d'occupation contractuelle du domaine public ainsi que pour les procédures d'appel en matière de fonction publique.

Les requêtes présentées à compter du 1er janvier 2017 dans ces domaines devront donc l'être par un avocat.

En revanche, la dispense d'avocat est étendue à tous les contentieux sociaux, c'est-à-dire à l'ensemble des litiges "en matière de prestation, allocation ou droit attribué au titre de l'aide ou de l'action sociale, du logement ou en faveur des travailleurs privés d'emploi".

Enfin, le montant maximal de l'amende pour recours abusif, actuellement fixé à 3 000 €, est porté à 10 000 €.
 

3. Les évolutions concernant l'instruction des requêtes

Comme le mentionne le Conseil d'Etat dans son communiqué : "trois nouveaux outils font leur apparition dans l'arsenal du juge administratif pour dynamiser le déroulement de la procédure" :
 
  • Dans le prolongement de l'expérimentation menée depuis 2013 dans le contentieux de l'urbanisme, le juge administratif pourra d'office fixer par ordonnance une date à compter de laquelle les parties ne pourront plus invoquer de nouveaux moyens (lorsque l'affaire est en état d'être jugée) (nouvel article R.611-7-1) ;
     
  • Lorsque le juge administratif aura demandé à l'une des parties la production d'un mémoire récapitulatif, il pourra sanctionner par un désistement d'office l'absence de production d'un tel mémoire dans le délai imparti, qui ne pourra être inférieur à un mois (nouvel article R.611-8-1 alinéa 2) ;
     
  • Enfin, lorsque l'état du dossier permet de s'interroger sur l'intérêt que la requête conserve pour son auteur, le Juge pourra inviter le requérant à confirmer expressément le maintien de ses conclusions, sous peine de désistement d'office en l'absence de réponse dans un délai fixé (nouvel article R.612-5-1 du Code de Justice Administrative).

A noter également, sans grande surprise, l'élargissement des possibilités de rejet par ordonnance pour les tribunaux administratifs et les cours administratives d'appel, et, de manière plus anodine, la possibilité offerte à l'expert judiciaire de prendre lui-même l'initiative d'une médiation avec l'accord des parties.


Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat- Fotolia.com



Auteur

DANDON Cécile
Avocat Collaboratrice
DU PARC - CURTIL et Associés
DIJON (21)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.