S'inscrire à la newsletter

Contentieux

Les collectivités territoriales (la notion de collectivité locale n'existant plus depuis la révision constitutionnelle de 2003) sont des structures administratives françaises, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis.

Un contentieux peut intervenir avec une Collectivité.
Les litiges intervenant avec une collectivité ne sont pas régis par le droit commun.
En effet, c’est alors le droit public qui s’applique.
Les litiges avec l’administration ne relèvent pas de l’ordre judiciaire, mais des tribunaux administratifs.

Une collectivité peut avoir recours à un avocat.
Pour ces litiges d’une nature particulière, il est nécessaire d’avoir recours à un spécialiste en la matière, habitué à traiter des affaires avec les collectivités.

Par exemple un administré est victime d’un accident du travail et veut mettre en cause la responsabilité de l’administration.

Mais, l’avocat spécialisé en Droit Public peut également intervenir en amont, et jouer son rôle de conseil :
Par exemple, vous êtes élu et vous posez des questions sur les modalités d’exercice du droit de préemption.
Ou bien, vous vous voulez savoir quelle est l’étendue des pouvoirs d’un maire.


Vous retrouverez dans notre rubrique Litige les thèmes suivants :
Responsabilité administrative
Responsabilité civile et pénale de l’élu
Tribunal administratif / Procédure administrative

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux litiges entre une administration et un administré, entre des Collectivités, à la responsabilité des élus, à la procédure devant le tribunal administratif et devant le Conseil d’Etat…

De l’importance de bien choisir les pouvoirs de police face à un immeuble frappé de péril imminent

Publié le : 27/08/2019 27 août Août 2019
Collectivités / Contentieux / Responsabilité administrative
Après l’effondrement de trois immeubles rue d’Aubagne à Marseille et la dénonciation de l’inaction des élus face à la vétusté de certains quartiers populaires, les pouvoirs publics réinterrogent légitimement les moyens dont ils disposent pour faire face aux situations de péril menaçant un immeu...

La marchandisation du domaine public : quel point commun entre le domaine de Chambord et la bière Kronembourg ?

Publié le : 14/06/2019 14 juin Juin 2019
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
L'on sait que l'article L711 – 4 du code de la propriété intellectuelle autorise en son h) la possibilité d'utiliser le nom d'une collectivité, sauf à porter atteinte au nom, à l'image ou à la renommée d'une collectivité territoriale. Cet article dispose :  Ne peut être adopté comme marqu...

Un conseiller municipal délégué peut-il être désigné en cours de mandat ?

Publié le : 28/05/2019 28 mai Mai 2019
Collectivités / Contentieux
A quelques mois des élections municipales, il n’est pas rare que des municipalités décident de modifier l’organisation des délégations et des responsabilités au sein de l’assemblée.   L’article L. 2122-2 du code général des collectivités territoriales, dispose que : « Le conseil municipal déte...
Quelques éléments sur la réforme du contentieux administratif après l’intervention du Décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016 portant modification du Code de justice administrative (partie réglementaire)

Quelques éléments sur la réforme du contentieux administratif après l’intervention du Décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016 portant modification du Code de justice administrative (partie réglementaire)

Publié le : 16/11/2016 16 novembre Nov. 2016
Publié au JO du 4 novembre 2016, le Décret n° 2016-1480 apporte quelques modifications notables, et d’importance variable, sur la pratique du contentieux administratif.
 
 
Jusqu’alors et en matière de travaux publics, le requérant était exempté de l’obligation d’introduire un recours contre une décision administrative obtenue préalablement.
 
Cette dispense est aujourd’hui supprimée et il conviendra donc de solliciter, préalablement à tout recours, l’intervention d’une décision de l’Administration qui, seule, pourra être déférée à la censure du juge administratif (article 10 du Décret n° 2016-1480 modifiant l’article R 421-1 du Code de justice administrative).
 
 
Le Décret renforce l’obligation de présenter une réclamation pour toute demande indemnitaire préalablement à la saisine du juge (article 10 du Décret n° 2016-1480 modifiant l’article R 421-1 du Code de justice administrative).
 
Il semblerait ainsi que le pouvoir réglementaire souhaite mettre en échec la jurisprudence administrative qui tolérait la saisine préalable du juge, l’envoi d’une réclamation « préalable » en cours de procès sous la seule réserve qu’une décision, implicite ou explicite, de rejet intervienne avant la date du jugement :
 
« Considérant qu'aucune fin de non-recevoir tirée du défaut de décision préalable ne peut être opposée à un requérant ayant introduit devant le juge administratif un contentieux indemnitaire à une date où il n'avait présenté aucune demande en ce sens devant l'administration lorsqu'il a formé, postérieurement à l'introduction de son recours juridictionnel, une demande auprès de l'administration sur laquelle le silence gardé par celle-ci a fait naître une décision implicite de rejet avant que le juge de première instance ne statue, et ce quelles que soient les conclusions du mémoire en défense de l'administration ; qu'en revanche, une telle fin de non-recevoir peut être opposée lorsque, à la date à laquelle le juge statue, le requérant s'est borné à l'informer qu'il avait saisi l'administration d'une demande mais qu'aucune décision de l'administration, ni explicite ni implicite, n'est encore née » (CE, 4 décembre 2013, n°354386).
 
 
Egalement en lien avec le contentieux indemnitaire, le Décret n° 2016-1480 supprime l’obligation d’intervention d’une décision expresse de rejet, mentionnant les voies et délais de recours, d’une réclamation préalable pour faire courir le délai de saisine de la juridiction.
 
Cette matière se trouve donc désormais régie par les règles habituelles du contentieux administratif permettant de rejeter, implicitement, une demande indemnitaire préalable (article 10.3 du Décret n° 2016-1480  supprimant l’article R 421-3, 1°) du Code de justice administrative).
 
 
Dans le cadre de la Loi n°2016-483 du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires, le législateur avait introduit un article L 511-2 dans le Code de justice administrative permettant l’examen d’un référé administratif par une formation collégiale.
 
Le Décret n° 2016-1480 met en concordance la partie réglementaire par la création d’un article R 511-1 au sein du Code de justice administrative (article 13 du Décret).
 
 
Dans le contentieux de l’urbanisme, relatif aux permis de construire, permis de démolir et permis d’aménager, le juge disposait de la faculté de fixer une date à partir de laquelle les parties ne pourraient invoquer de moyens nouveaux (article R 600-4 du Code de l’urbanisme créé par le Décret n°2013-879 du 1er octobre 2013 relatif au contentieux de l’urbanisme).
 
Cette possibilité est désormais étendue à tout le champ du contentieux administratif (article R 611-7-1 du Code de justice administrative créé par l’article 16 du Décret n° 2016-1480) et la disposition spécifiquement applicable à l’urbanisme est abrogée (article 33 du Décret n° 2016-1480).
 
 
Depuis 2010, le président de la formation de jugement peut solliciter la production d’un mémoire récapitulatif, étant précisé que les moyens et conclusions non repris étaient alors réputés abandonnés (Décret n° 2010-164 du 22 février 2010 relatif aux compétences et au fonctionnement des juridictions administratives).
 
Le Décret n° 2016-1480, en son article 17, tire les conséquences de l’absence de réponse, dans un délai qui ne pourra pas être inférieur à 1 mois, en prévoyant le désistement d’office de la requête.
 
 
En cours de procédure et s’il apparaît que les causes de la requête ont disparu, le président de la formation de jugement pourra interroger le requérant sur le devenir de la procédure.
 
A défaut de réponse, dans un délai qui ne pourra pas être inférieur à 1 mois, le désistement d’office de la requête pourra être prononcé (création d’un article R 612-5-1 du Code de justice administrative par l’article 20 du Décret n° 2016-1480).
 
 
Les nouvelles dispositions de l’article R 613-1 du Code de justice administrative permettent désormais, après clôture de l’instruction, au président de la formation de jugement de solliciter la communication d’éléments ou de pièces sans, pour autant, que l’instruction soit réouverte et la clôture reportée, ce qui laisse quelque peu dubitatif quant à l’application du principe du contradictoire (article 21 du Décret n° 2016-1480).
 
 
Certes peu utilisé, l’amende pour procédure abusive voit son plafond relever à la somme de 10 000,00 euros en lieu et place de la somme de 3 000,00 euros initialement prévue à l’article R 741-12 du Code de justice administrative (article 24 du Décret n° 2016-1480).
 
 
Le Décret n° 2016-1480 prévoit une entrée en vigueur pour le 1er janvier 2017.
 
Toutefois, il est également prévu que certaines dispositions du Décret seraient applicables pour les requêtes enregistrées à compter du 1er janvier 2017, notamment les articles 9 et 10.
 
Or, ces dispositions modifient les règles applicables pour les recours administratifs préalables à l’introduction des requêtes.
 
On peut dès lors s’interroger sur le traitement d’une requête introduite postérieurement au 1er janvier 2017 en matière de travaux publics et alors même que le requérant n’aura pas suscité l’intervention d’une décision administrative préalable, ainsi que les dispositions de l’article R 421-1 du Code de justice administrative lui permettent de le faire jusqu’au 31 décembre 2016…
 
 
Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat - Fotolia.com

 

Auteur

MEUNIER Flavien
Avocat Associé
LEXCAP ANGERS
ANGERS (49)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.