S'inscrire à la newsletter

Environnement

Le droit de l'environnement a pour objet l'étude de l'ensemble des règles juridiques à la protection de l'environnement sous toutes ses formes terrestres, naturelles et culturelles, voire non-terrestres (droit spatial).

Le droit de l’environnement est un droit transversal assez récent qui comprend de nombreuses sous-branches, telles que le droit de l’air, droit de l’eau, droit des sols, droit de la biodiversité, droit de la chasse, droit de la pêche, droit du bruit, droit des déchets, droit de la protection de la nature…

Droit technique et complexe, ses champs tendent à se densifier au fur et à mesure des avancées scientifiques et techniques humaines.

L'environnement est une donnée majeure à laquelle les collectivités mais également les entreprises sont confrontées.

Aussi, l’intervention d’un avocat spécialisé en droit de l’environnement est nécessaire pour répondre à ces problématiques complexes, à la croisée de bien d’autres disciplines juridiques.
  • Trouver un avocat spécialisé en environnement

Vous retrouverez dans notre rubrique Environnement / Principes Généraux les thèmes suivants :
Environnement
Principes Généraux

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche à l’environnement au sens large, à la Charte de l’Environnement, mais également à des problématiques et principes plus généraux tels que le principe de précaution, ou le débat sur les langues régionales.
 

Sécheresse : les premières restrictions

Publié le : 03/05/2019 03 mai Mai 2019
Collectivités / Environnement / Environnement
À la fin du mois d'avril, nous observons déjà des premières restrictions d'usage de l'eau dans quelques départements. Ainsi dans l'Indre, un arrêté entrant en vigueur ce 27 avril limite l'usage de l'eau dans plusieurs communes. L'arrêté en question évoque une situation de crise. Dans c...

De quelles précautions la collectivité doit-elle s'entourer pour dénommer un lieu public ?

Publié le : 29/04/2019 29 avril Avril 2019
Collectivités / Environnement / Principes généraux
Les décisions relatives à la dénomination d'un lieu public, relèvent notamment de la compétence du conseil municipal, en application des dispositions de l'article L. 2121-29 du code général des collectivités territoriales. La solution de principe en la matière a été fixée par l'arrêt "Jacques...

Procédure d'alerte sur les dépôts de marques concernant les collectivités territoriales

Publié le : 06/08/2015 06 août Août 2015
Le décret n° 2015-671 du 15 juin 2015 fixe les conditions permettant aux collectivités territoriales de demander à l'INPI, par voie électronique, d'être alertée en cas de dépôt d'une demande d'enregistrement d'une marque contenant sa dénomination ou d’un nom se situant sur son territoire géographique.Décret n° 2015-671 du 15 juin 2015

1. Contexte

En droit français, il n’existe pas de principe général de protection du nom d'une collectivité territoriale et aucun texte ne confère à une collectivité territoriale le droit de s’approprier son nom en interdisant à un tiers de l’utiliser, sous réserve d’un abus. Le principe est donc celui de la disponibilité du nom d’une collectivité territoriale et si ce nom n’est pas protégé à titre de marque, la collectivité territoriale ne peut s’opposer à l’appropriation de son nom par un tiers que pour les produits et services « en rapport avec les missions de service public qui lui sont confiées pour le compte de ses administrés », comme l’a rappelé le Tribunal de Grande Instance de Paris dans un Jugement du 14 mars 2007.

Or, le nom d’une collectivité territoriale est un outil de communication utile pouvant être source de revenus, à condition de disposer des moyens de protection pour lutter efficacement contre toutes utilisations illicites par un tiers. La défense du nom d’une collectivité territoriale sera donc facilitée s’il a fait l’objet d’un dépôt de marque nationale ou communautaire.

Pour accroître les moyens offerts aux collectivités territoriales pour défendre leur nom, la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 a prévu une procédure permettant aux collectivités territoriales et aux établissements publics de coopération intercommunale d’être informés par l’INPI de tout dépôt d’une demande d'enregistrement de marque contenant leur dénomination (ex : nom de la Ville ou la Commune). Ces dispositions ont été codifiées à l’article L.712-2-1 du Code de la propriété intellectuelle (CPI) et les conditions d’application de cette procédure devaient être précisées par décret. C’est l’objet du décret n° 2015-671 du 15 juin 2015 en vigueur depuis le 18 juin 2015.


2. Objet du décret

Le décret n° 2015-671 du 15 juin 2015 fixe les conditions permettant aux collectivités territoriales de demander à l'INPI, par voie électronique, d'être alertée en cas de dépôt d'une demande d'enregistrement d'une marque contenant sa dénomination ou d’un nom se situant sur son territoire géographique.


  • Pour bénéficier de l’alerte, la collectivité territoriale ou l’établissement public concerné doit adresser une demande par email au directeur général de l’INPI en précisant :
  • La dénomination ou le nom de pays pour lequel l'alerte est demandée ;
  • L'adresse électronique à laquelle l'alerte doit être envoyée ;
  • L'identification de la collectivité ou de l'établissement demandeur ainsi que son numéro d'identification SIREN.
Ces modalités sont codifiées à l’article D. 712-29 du Code de la propriété intellectuelle.


  • L’alerte est adressée par l’INPI à la collectivité territoriale ou à l’établissement public concerné dans un délai de 5 jours ouvrables suivant la publication du dépôt d'une demande d'enregistrement de la marque contenant leur dénomination au Bulletin officiel de la propriété industrielle pour les marques françaises et s’agissant des marques communautaires et internationales dans les trois semaines qui suivent la publication de la demande de marque au Bulletin des marques communautaires ou à la Gazette des marques internationales.
Ces dispositions sont codifiées à l’article D. 712-30 du Code de la propriété intellectuelle.


  • L'alerte transmise rappelle la faculté ouverte à toute personne intéressée de former opposition à la demande de marque dans les conditions de l’article L.712-3 du CPI et pour une collectivité territoriale dans les conditions de l’article L. 712-4 - 3° du CPI. Sur ce dernier fondement une collectivité peut s’opposer à l’enregistrement de la demande de marque dès lors que ladite demande porte atteinte « au nom, à l'image ou à la renommée d'une collectivité territoriale » [L. 711-4 h) du CPI] ou à une indication géographique [L.721-2 du CPI].


Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

CHAVANE DE DALMASSY Juliette
Avocat Collaborateur
CORNET, VINCENT, SEGUREL PARIS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 7 8 9 10 11 12 13 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris