S'inscrire à la newsletter

Finances locales

Le droit public économique est fortement lié aux impératifs économiques et aux théories fluctuantes de l'interventionnisme économique de l'Etat. L'étendue de ce droit dépend finalement de la sphère d'intervention de l'Etat dans l'économie, de ses modes d'action et de son rôle.

Les finances locales concernent le budget des collectivités locales.
Les principales sources des finances locales sont les impôts locaux, les subventions de l’Etat, les emprunts, les recettes provenant des services locaux.

Les Chambres régionales des comptes sont chargées de fixer les règles et d’exercer un contrôle sur les finances locales, après que le plus souvent le Préfet a examiné les documents budgétaires que doivent lui transmettre les autorités locales.

L’avocat en droit public économique intervient notamment en cas de contentieux financier devant les Chambres Régionales des Comptes,

Face à l’imbrication croissante des partenariats publics-privés et à la complexité accrue des règles juridiques qui les encadrent, le rôle de l’avocat spécialisé en droit public économique est d’autant plus important.
  • Trouver un avocat spécialisé en droit des collectivités locales
  • Trouver un avocat spécialisé en droit financier
  • Trouver un avocat en fiscalité
  • Trouver un avocat en contrats et marchés publics

Vous retrouverez dans notre rubrique Finances locales les thèmes suivants :
Fiscalité / Gestion de fait / Chambre des comptes
Droit public économique

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux subventions, aux taxes, à l’administration fiscale, aux aides des collectivités aux entreprises, à la Chambre des comptes…
 

La relation gratuite entre communes et communautés de communes

Publié le : 13/02/2020 13 février févr. 02 2020
Collectivités / Finances locales / Droit public économique
L'intercommunalité, ça n'est pas nouveau, est en plein essor et ce développement pose un certain nombre de questions quant à la mise à disposition des biens immobiliers appartenant aux communes pour l'exercice de ses missions par la communauté de communes. Plusieurs dispositifs sont prévus à t...

Covid 19 : la suspension des redevances d'occupation domaniale, une aide possible ?

Publié le : 02/04/2020 02 avril avr. 04 2020
Collectivités / Finances locales / Fiscalité/ Gestion de fait/ Chambre des Comptes
Coronavirus
Le maire de la commune de LORGUES, dans le VAR, a pris la décision de dispenser tous les commerçants qui s'acquittent de la redevance d'occupation du domaine public pour l'année 2020. Ce faisant, il envisage évidemment un dispositif d'aide par un soutien à la trésorerie des entreprises occupan...
Sur la prise illégale d'intérêts

Sur la prise illégale d'intérêts

Publié le : 03/07/2014 03 juillet juil. 2014
Les dernières lois récentes rendues à la fin de l’année 2013 sont venues durcir la notion de conflit d’intérêts.C’est le cas de l’article 2 de la Loi n°2013-907 du 11 octobre 2013 qui est venue dire du conflit d’intérêts qu’il est constitué par toute situation d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés, situation qui est de nature à influencer ou à paraitre influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction.

Cette Loi du 11 octobre 2007 a été suivie par la Loi n°2013-1117 du 6 décembre 2013 qui, en son article 6, a complété la rédaction de l’article 432-12 sur la prise illégale d’intérêts.

Pour mémoire, je rappelle que l’article 432-12 définit la prise légale d’intérêts comme le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou par une personne investie d'un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l'acte, en tout ou partie, la charge d'assurer la surveillance, l'administration, la liquidation ou le paiement.

Cette infraction est punie de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 500 000 €.

La jurisprudence rendue depuis une dizaine d’années est venue par petites touches préciser ce qu’il fallait comprendre de cet article avant sa nouvelle rédaction par la Loi de décembre 2013.

La prise directe d’intérêts se conçoit lorsque l’élu prend part à la délibération de la collectivité dans laquelle il siège attribuant un marché à la société dont il est le dirigeant.

Il en est de même pour un Maire qui propose le choix d’une société dans laquelle il travaille.

Mais de tels exemples, particulièrement spectaculaires ou grossiers, ne sont pas les plus courants.

La jurisprudence est venue de manière beaucoup plus subtile décrire la prise légale d’intérêts dans des actes indirects, par personne interposée.

Est ainsi sanctionné l’élu ayant participé à une délibération mais également celui qui a un simple pouvoir d’émettre un avis en vue d’une décision prise par d’autres.

La Cour de Cassation juge ainsi depuis un arrêt du 9 mars 2005, numéro 04-83615.

Il est de même jugé que la collégialité de la décision ne change rien dans la déclaration de responsabilité.

Voyez Cour de Cassation, Chambre criminelle, 25 janvier 2006. N°05-84.782.

Et plus encore, il est jugé que la participation des élus n’est pas nécessaire pour que soit constituée la prise illégale d’intérêts, seule comptant la fonction de l’élu.

Voyez Cour de Cassation, Chambre criminelle, 19 novembre 2003, n°02-87336 ou encore 9 février 2005, n°03.85697.

Un intérêt patrimonial, même minoritaire et par personne interposée en vue de liens de famille notamment, suffira à caractériser la prise illégale d’intérêts pour l’élu qui aura participé à la délibération ou qui, sans voter, aura eu une influence sur la décision.

C’est à l’aune de ces observations et de la réécriture récente de l’article 432-12 du Code pénal, qu’on ne peut que conseiller aux élus, nouvellement élus notamment, de s’attacher les services d’un avocat spécialisé en droit public pour analyser tel ou tel projet de décision ou de signature avant de prendre quelques risques que ce soit.

Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Gina Sanders - Fotolia.com

Auteur

DROUINEAU Thomas
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.