S'inscrire à la newsletter

International

Le droit international comprend deux types de règles :
Les règles encadrant les relations entre les États ou autres sujets de droit international (le droit international public), et les règles encadrant les relations entre des personnes privées dans un cadre international.

Le droit communautaire est l'ensemble des règles de droit applicables au sein de l'Union européenne, dont la France fait partie.
La Cour de justice des Communautés européennes est garante de l'application du droit communautaire.

En tant que membre de l’Union Européenne, la France est tenue de respecter le droit communautaire.
Les règles de droit communautaire s'appliquent aussi bien aux institutions européennes, qu'aux Etats membres, mais aussi aux citoyens européens et ce dans les domaines de compétence de l'Union Européenne

Une des originalités du droit communautaire, par rapport au droit international notamment, réside en ceci qu'il peut s'imposer directement aux citoyens européens, sans qu'il soit nécessaire que les Etats membres les reprennent dans leurs propres règles nationales : on parle d'"effet direct" du droit communautaire.

La jurisprudence de la Cour de justice européenne (CJCE) permet d'éclairer le droit communautaire et d'en contrôler le respect.

Directement applicable, susceptible d'être invoqué devant les administrations et juridictions nationales dans les mêmes conditions que le droit d'origine purement nationale tout en ayant plus de force que lui, le droit européen est une composante majeure de la pratique quotidienne des opérateurs économiques.

Sur ces questions complexes, il est important de consulter un avocat spécialisé dans ces questions de droit international et de droit communautaire.

Par exemple, vous constatez une atteinte à la libre circulation des personnes ou des marchandises ?
Ou, une atteinte aux droits garantis par la Convention Européenne des Droits de l’Homme ?
Vous voulez connaître les obligations communautaires en droit du travail ?
Ou, les conditions dans lesquelles les aides d’Etat sont permises ?
Vous voulez savoir quels sont les grands principes de Droit International ?

  • Trouver un avocat spécialisé en contrats internationaux
  • Trouver un avocat en droit européen
  • Trouver un avocat en droit international de la famille
  • Trouver un avocat en droit international public
  • Trouver un avocat en fiscalité internationale


Vous retrouverez dans notre rubrique International les thèmes suivants :
Droit international public
Droit européen / Droit communautaire

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux litiges de nature internationale, au respect par la France du Droit Communautaire, aux mesures d’aides d’état, aux obligations en droit du travail imposées par le droit communautaire, à la procédure européenne…

Aller sur le site d'Eurojuris International

La CJUE renforce sensiblement les droits des passagers victimes de vols retardés

Publié le : 29/10/2019 29 octobre Oct. 2019
Particuliers / Consommation / Contrats de vente / Prêts
Collectivités / International / Droit Européen / Droit communautaire
Aux termes d’une décision rendue le 11 juillet 2019, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a renforcé les droits des passagers à être indemnisés en cas de vols retardés. La Cour a en effet jugé qu’une compagnie aérienne qui n’a pas elle-même effectué le vol perturbé dans le cadre d...

Evolution des recettes fiscales des collectivités

Publié le : 02/10/2018 02 octobre Oct. 2018
Collectivités
Collectivités / Finances locales / Fiscalité/ Gestion de fait/ Chambre des Comptes
Le 26 septembre 2018 est paru un arrêté du ministre de l'intérieur constituant une mauvaise nouvelle pour un certain nombre de collectivités. L'arrêté du 7 septembre 2018 publié au journal officiel du 26 septembre 2018 est en effet pris pour l'application en 2018 des dispositions prévues aux...
Transposition du droit de l'Union en droit interne: mesures transitoires encadrées

Transposition du droit de l'Union en droit interne: mesures transitoires encadrées

Publié le : 29/12/2014 29 décembre Déc. 2014
Le maintien en vigueur pendant une période transitoire d’une règlementation contraire au droit de l’Union Européenne, avait reçu une réponse de la part de la Cour de Justice de l’Union Européenne par un arrêt Winner Wetten en date du 8 septembre 2010.Par un avis motivé en date du 27 septembre 2012, la Commission Européenne, saisie par deux organisations de Sapeurs-Pompiers professionnels, avait considéré plusieurs dispositions du décret du 31 décembre 2001, relatives aux durées journalières et aux plafonds horaires annuels incompatibles sur plusieurs points avec les objectifs de la directive européenne 2003/88/CE du 4 novembre 2003.

Par un décret en date du 18 décembre 2013 relatif au temps de travail des Sapeurs-Pompiers professionnels, l’Etat Français a entendu se conformer à l’avis ainsi rendu par la Commission Européenne, mais ce décret a été déféré devant le Conseil d’Etat par la Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers professionnels.

Par un arrêt en date du 3 novembre 2014, tous les moyens avancés par la Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers professionnels ont été rejetés, à l’exception de celui tiré de l’illégalité de l’article 2 dudit décret qui prévoyait :

« Il est mis fin à la majoration du temps d’équivalence pour les Sapeurs-Pompiers professionnels logés, prévue par l’article 5 du décret du 31 décembre 2001, dont les dispositions sont abrogées au plus tard le 1er juillet 2016 ».

Ce n’était évidemment pas le principe de l’abrogation qui était contesté par la Fédération Autonome des Sapeurs-Pompiers, mais la décision d’en reporter la date d’effet au 1er juillet 2016, maintenant ainsi en vigueur en France une disposition jugée pourtant incompatible avec le droit de l’Union, pendant deux ans et demi.

Le maintien en vigueur pendant une période transitoire d’une règlementation contraire au droit de l’Union Européenne, a reçu une réponse de la part de la Cour de Justice de l’Union Européenne par un arrêt Winner Wetten en date du 8 septembre 2010 (ASS. C-409/06, AJDA 2010, page 2305).

Ainsi, la Cour n’exclut pas complètement toute possibilité de maintenir temporairement un droit national contraire au droit de l’Union, à condition que ce maintien résulte de motifs impérieux de sécurité juridique ou d’ordre public, et autorisé par la Cour elle-même.

Dans le cas présent, le Conseil d’Etat, suivant les conclusions de son rapporteur public, Gilles PELLISSIER, a considéré que les arguments et les raisons avancés par le Ministre pour justifier le délai d’abrogation, dont on rappellera qu’il était de deux ans et demi, étaient particulièrement faibles.

Le Ministre faisait valoir que la suppression de la possibilité d’imposer des gardes supplémentaires aux Sapeurs-Pompiers professionnels logés, conduirait tous les services départementaux d’incendie et de secours à se poser légitimement la question de conserver certains logements, et donc un certain patrimoine immobilier.

Le Conseil d’Etat a considéré que ces circonstances ne caractérisaient nullement un motif impérieux susceptible de justifier pendant deux ans et demi le maintien des dispositions contraires aux droits de l’Union Européenne, et a surtout considéré qu’ « une période transitoire ne pouvait légalement avoir pour effet de repousser la transposition de la directive au-delà du délai de transposition prévu par son article 17, lequel a d’ailleurs pour objet de garantir une telle période transitoire ».

La possibilité offerte au pouvoir réglementaire de prendre des mesures transitoires pour l’entrée en vigueur du droit de l’union s’en trouve singulièrement limitée dans le temps.

Le Conseil d’Etat ne fait cependant pas toujours preuve de la même rigueur : il s’octroie ainsi le pouvoir de moduler dans le temps les effets d’une annulation contentieuse (ASS. 12/05/2004 Assoc. AC !, n° 255886, et plus récemment, CE, 23 juillet 2014, Société Octopharma France, n°349717 ) pour maintenir en vigueur un acte contraire au droit de l’Union.

L’application uniforme du droit de l’Union européenne ne se fera qu’au prix d’une évolution de la jurisprudence du Conseil d’Etat…



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © DreanA - Fotolia.com

Auteur

GESLAIN Anne
Avocat Associé
DU PARC - CURTIL et Associés
DIJON (21)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.