S'inscrire à la newsletter

marché public

Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre des pouvoirs adjudicateurs (collectivités publiques : État, CT, EPCI, EPL, etc.) et des personnes publiques ou privées et qui répond aux besoins de ces pouvoirs adjudicateurs en matière de fournitures, services et travaux.

Le code des marchés publics a pour objet de définir les règles de mise en concurrence pour ce qui concerne l'achat de fournitures, de prestations de services ou de travaux par les personnes publiques (ministères, services déconcentrés de l'Etat, Etablissements publics, collectivités territoriales...).

Le rôle de l’avocat spécialisé en droit des marchés publics, se retrouve à la fois dans la rédaction d’actes, et pour résoudre des contentieux liés aux marchés publics.

Par exemple, l’avocat en droit des marchés publics, peut intervenir pour rédiger des avis d’appel public à la concurrence, rédiger le règlement de la consultation, rédiger des cahiers des charges pour tous les types de contrats…

Il intervient également lorsque par exemple les règles de mise en concurrence n’ont pas été respectées.
 
  • Trouver un avocat spécialisé en contrats et marchés publics
  • Trouver un avocat spécialisé en droit des collectivités locales
  • Trouver un avocat spécialisé dans les ventes aux enchères
  • Trouver un avocat spécialisé en ouvrages et travaux publics

Vous retrouverez dans notre rubrique Marchés Publics les thèmes suivants :
Procédure de passation
Contestation et contentieux
Exécution

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche au processus de passation d’un marché public, aux voies de recours en matière de marchés publics, aux titres exécutoires dans les marchés publics…
 

L'intérêt commun de la personne publique et du prestataire dans la protection des droits d'exclusivité

Publié le : 09/06/2020 09 juin juin 06 2020
Collectivités
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
La directive 2004/18 CE détermine les modalités selon lesquelles il est possible pour une collectivité publique de passer un marché de gré à gré pour des raisons tenant à la protection des droits d'exclusivité dans es articles 30 et 31. Cette directive, ancienne, été transposée à de nombreus...

L'intérêt commun de la personne publique et du prestataire dans la protection des droits d'exclusivité

Publié le : 09/06/2020 09 juin juin 06 2020
Collectivités
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
La directive 2004/18 CE détermine les modalités selon lesquelles il est possible pour une collectivité publique de passer un marché de gré à gré pour des raisons tenant à la protection des droits d'exclusivité dans es articles 30 et 31. Cette directive, ancienne, été transposée à de nombreus...

Les droits d'exclusivité dans les marchés publics

Publié le : 18/06/2020 18 juin juin 06 2020
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
L'article R 2122 – 3 du code de la commande publique rappelle les modalités selon lesquelles les marchés de gré à gré sont possibles en raison notamment de la présence de droits d'exclusivité. L'examen de la jurisprudence rendue en la matière donne quelques éléments d'indication sur les cond...
Ouverture recours Tropic aux tiers

Ouverture recours Tropic aux tiers

Publié le : 28/05/2014 28 mai mai 05 2014

Par un arrêt du 4 avril 2014, le Conseil d'Etat ouvre la possibilité aux tiers susceptibles d'être lésés de manière directe par la conclusion d'un contrat de saisir le juge du contrat d'un recours de plein contentieux pour en contester la validité.Possibilité pour les tiers lésés de contester la validité d'un contrat devant le juge du contrat

Jusqu'à présent, depuis l'arrêt Martin du 4 août 1905, les tiers lésés pouvaient seulement saisir le juge de l'excès de pouvoir d'un recours en annulation contre les actes détachables du contrat.

Dans son arrêt d'assemblée en date du 16 juillet 2007, Tropic travaux signalisation, le Conseil d'Etat avait déjà donné la possibilité aux candidats évincés de saisir le juge du contrat d'un recours de plein contentieux pour constater la validité de ce contrat (Conseil d'Etat, assemblée, 16 juillet 2007, n° 291545).

Désormais, tous les tiers susceptibles d'être lésés dans leurs intérêts de façon suffisamment directe et certaine par la passation ou les clauses du contrat sont recevables à former devant le juge du contrat un recours de pleine juridiction pour contester la validité de ce contrat ou de certaines de ses clauses non réglementaires et qui en sont divisibles.

Le Conseil d'Etat précise que ce recours doit s'exercer dans un délai de deux mois à compter de l'accomplissement des mesures de publicité appropriées.

Ce délai de deux mois s'applique également en matière de travaux publics.

Il rappelle également les pouvoirs du juge du contrat en matière d'appréciation de la validité du contrat.

Le juge doit apprécier l'importance et les conséquences des vices. En fonction de la nature de ces vices, il peut soit décider de la poursuite de l'exécution du contrat soit ordonner aux parties de régulariser dans un délai qu'il fixe. Il peut prononcer la résiliation du contrat. Si le contrat a un contenu illicite ou s'il se trouve affecté d'un vice du consentement ou d'un vice d'une particulière gravité, il peut en prononcer l'annulation.

Les tiers pouvant être concernés peuvent être, par exemple, les membres des organes délibérants des collectivités territoriales ou groupement de collectivités territoriales ayant passé le contrat, ou le Préfet.

Ce nouveau recours n'est cependant pas ouvert aux contrats signés avant la lecture de la décision.

Pour les contrats signés après cet arrêt, les tiers ne pourront plus agir devant le juge de l'excès de pouvoir contre les actes détachables du contrat dès lors qu'il dispose de ce nouveau recours.

Cependant, ce recours ne concerne que les contrats de droit public qui relèvent de la compétence du juge administratif.

Pour les contrats de droits privés, les tiers peuvent contester la validité des actes détachables devant le juge administratif. Ce recours est toujours possible dès lors qu'il ne leur est pas possible de saisir le juge judiciaire du recours créé par le Conseil d'Etat.


Conseil d'Etat, assemblée, 4 avril 2014, n° 358994

Les auteurs de cet article:Pauline PLATEL et Xavier HEYMANS, avocats à Bordeaux. Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat- Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.