S'inscrire à la newsletter

Le coronavirus est-il considéré comme un cas de force majeure? Qu’est-ce que l’état d’urgence ? Quels impacts sur mon entreprise? Sur les salariés ? Sur les marchés publics ?  Sur les délais procéduraux ? Comment cela se passe-t-il pour les fonctionnaires ? Comment gérer les enfants lorsqu'on est parents divorcés?

Les membres d’EUROJURIS se mobilisent pendant cette période de confinement !
 
Vous retrouverez dans cette rubrique les réponses aux questions que vous vous posez.

A l’échelle internationale, Eurojuris International a également mis en place une rubrique dédiée au coronavirus (en anglais) , qui permet d’avoir une vision globale des mesures prises dans chaque pays touché.
Covid-19 et élections municipales

Covid-19 et élections municipales : comment organiser les réunions publiques de campagne électorale ?

Publié le : 12/05/2020 12 mai mai 2020
Le I de l’article 19 de la loi n° 2020-290, d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19, prévoit deux modalités différentes d’organisation du scrutin, en fonction de la situation sanitaire, soit le second tour est organisé en juin, soit la situation sanitaire ne permet pas la tenue du scrutin avant l’été.

La loi s’adaptait déjà le 23 mars, à une éventualité du report du second tour après le mois de juin 2020.

La date d’organisation su scrutin ne sera pas sans conséquence sur certaines règles ayant trait à l’organisation des campagnes électorales et notamment aux tenues des réunions publiques.

En effet, d’une part ces réunions publiques seront encadrées sanitairement et d’autre part, les dates des tenues seront modifiées en fonction de la date du scrutin.

L’article L. 49 du code électoral, dans sa version applicable à ce jour et applicable au 15 mars 2020, dispose que :

« A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de distribuer ou faire distribuer des bulletins, circulaires et autres documents.
A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est également interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale ».

La tenue des réunions publiques n’est pas au nombre des interdictions posées à partir de la veille du scrutin à zéro heure. Autrement dit, les candidats s’ils ne peuvent distribuer aucun document, peuvent néanmoins organiser une réunion publique le samedi, veille du scrutin.

Toutefois, l’article 7 de la loi n° 2019-1269 du 2 décembre 2019, visant à clarifier diverses dispositions du droit électoral, a modifié ces dispositions de l’article L. 49 du code électoral et l’article 15 cette même loi, prévoit l’entrée en vigueur de ces dispositions le 30 juin 2020.

L’article L. 49 du code électoral, disposera à compter du 30 juin 2020, que :

« A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de :
1° Distribuer ou faire distribuer des bulletins, circulaires et autres documents ;
2° Diffuser ou faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale ;
3° Procéder, par un système automatisé ou non, à l'appel téléphonique en série des électeurs afin de les inciter à voter pour un candidat ;
4° Tenir une réunion électorale ».

Ainsi, le législateur a aligné le régime juridique des réunions publiques électorales, sur celui des autres interdictions posées à compter du vendredi à minuit.

Dans ces conditions, dans l’éventualité où le second tour se tiendrait au mois de juin, possiblement le 21 ou le 28 juin 2020, les candidats pourront continuer à organiser des réunions publiques, sous réserves des contraintes sanitaires liées à l’état d’urgence, le samedi 20 ou le samedi 27 juin.

En revanche, si un nouveau premier tour est organisé le 27 septembre 2020 et un second tour le 4 octobre 2020, l’article L. 49 du code électoral dans sa rédaction au 30 juin s’appliquera et aucune réunion publique ne pourra être organisée après le vendredi 25 septembre minuit pour le premier tour et après le vendredi 2 octobre minuit pour le second tour.



Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Thomas PORCHET
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.