S'inscrire à la newsletter

Services publics

Un service public est une activité considérée comme devant être disponible pour tous. Cette notion s'appuie sur celle d'intérêt général.
Une activité constitue un service public quand elle est assurée ou assumée par une personne publique en vue d'un intérêt public.

Les collectivités publiques (État, collectivité territoriale) ont le choix entre assumer directement un service public, et déléguer sa gestion à un organisme spécifique du secteur public ou à un organisme relevant du droit privé.

Les activités d'un service public sont soumises sur certains points à un régime juridique spécifique.
Le droit du service public est un élément essentiel du droit administratif français.

Vous rencontrez un problème avec un administré ?
Vous souhaitez savoir comment gérer le personnel dans la fonction publique, quelles sont ses particularités avec le secteur privé ?

Pour toutes ces questions relatives au service public, un avocat peut vous aider.


Vous retrouverez dans notre rubrique services publics les thèmes suivants :
Service public / Délégation de service public
Usagers
Fonction publique / Personnel administratif

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux relations entre une administration et un administré, entre une administration et ses fonctionnaires, à la délégation de service public…
 

L'intérêt commun de la personne publique et du prestataire dans la protection des droits d'exclusivité

Publié le : 09/06/2020 09 juin juin 06 2020
Collectivités
Collectivités / Marchés publics / Procédure de passation
La directive 2004/18 CE détermine les modalités selon lesquelles il est possible pour une collectivité publique de passer un marché de gré à gré pour des raisons tenant à la protection des droits d'exclusivité dans es articles 30 et 31. Cette directive, ancienne, été transposée à de nombreus...

Concession funéraire, droit au renouvellement et droit de propriété

Publié le : 30/06/2020 30 juin juin 06 2020
Particuliers / Famille / Successions
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
Les dispositions prévoyant qu'après l'expiration d'une concession funéraire, et en l'absence d'exercice du droit à renouvellement dans le délai imparti, le terrain, qui appartient au domaine public de la commune, fait retour à cette dernière alors que les monuments et emblèmes funéraires sont i...

Elections et covid-19 : le taux d'abstention est-il de nature à remettre en cause les résultats du scrutin ?

Publié le : 07/10/2020 07 octobre oct. 10 2020
Collectivités / Services publics / Usagers
Coronavirus
Dans un arrêt du 15 juillet 2020, n° 440055, le Conseil d’Etat prend position : sauf circonstances particulières, une protestation électorale fondée sur le seul fort taux d’abstention du fait de la Covid 19 est vouée à l’échec. Alors même que la période de confinement en raison de l’épidém...
Résiliation unilatérale d’une convention de DSP dont la durée excède celle prévue par la loi

Résiliation unilatérale d’une convention de DSP dont la durée excède celle prévue par la loi

Publié le : 18/06/2013 18 juin juin 06 2013

Le Maire peut-il décider de résilier unilatéralement une convention de délégation de service public conclue pour 25 ans au seul motif que sa durée serait finalement excessive ?

Résiliation unilatérale d’une convention de délégation de service public dont la durée excède celle prévue par la loiSaisi de cette question, le Conseil d'Etat répond par l'affirmative dans une décision du 7 mai 2013 (n°365043).

Pour les entreprises délégataires de service public, une telle décision pourrait avoir un impact particulièrement important en termes de prévisibilité et de sécurité économique.

1. Les circonstances de l'affaireEn 1996, la commune de Fontainebleau avait conclu avec la Société AUXILIAIRE DE PARCS DE LA REGION PARISIENNE (SAPP) deux conventions d'une durée de 25 ans pour la modernisation et l'exploitation de trois parcs de stationnement souterrain et sur voirie.

En 2012, soit 16 ans plus tard, le Maire de Fontainebleau notifie à la société SAPP la résiliation de ses conventions au motif que leur durée serait tout compte fait excessive.

La société SAPP a alors saisi le juge administratif d'un recours de plein contentieux dirigé contre cette décision de résiliation et formé, dans le même temps, un référé suspension afin d'obtenir la reprise provisoire des relations contractuelles.

Le tribunal administratif de Melun a rejeté ce référé suspension, la société SAPP s'est alors pourvue en cassation.


2. La décision du Conseil d'EtatDans sa décision du 7 mai 2013, le Conseil d'Etat rejette le pourvoi en considérant " qu'eu égard à l'impératif d'ordre public imposant de garantir, par une remise en concurrence périodique, la liberté d'accès aux contrats de DSP et la transparence des procédures de passation, la nécessité de mettre fin à une convention dépassant la durée prévue par la loi constitue un motif d'intérêt général justifiant sa résiliation unilatérale par la personne publique".

En d'autres termes, le Conseil d'Etat admet la légalité de la résiliation unilatérale d'une convention de DSP conclue pour une durée qui serait finalement jugée trop longue par la personne publique délégante.

S'il est indéniable que l'administration n'est pas un cocontractant comme les autres, ce qui interpelle néanmoins dans cette décision c'est que la convention de DSP était pourtant bien limitée dans sa durée en étant soumise à un terme contractuel fixé à 25 ans, durée qui est tout à fait courante en matière de DSP.


3. La portée de cette décisionDès lors, est-ce à dire que sous le seul couvert de garantir par une remise en concurrence la transparence et la liberté d'accès à la commande publique, la Haute juridiction autoriserait les personnes publiques délégantes à s'affranchir librement des contraintes contractuelles et en particulier de la durée du contrat qu'elles doivent, au demeurant, elles-mêmes fixer ?

La question est posée, mais à l'analyse la portée de cette décision devrait finalement se limiter à une hypothèse assez précise dans laquelle deux conditions doivent être réunies :

  • L'entreprise délégataire avait à sa charge la réalisation d'installations
  • L'amortissement du coût de ces installations a raisonnablement pu être réalisé
En effet, c'est à notre sens ici que réside toute la portée de cet arrêt du 7 mai 2013, c'est si et seulement si la durée normale d'amortissement des installations mise en œuvre par l'entreprise délégataire est dépassée qu'il est dans l'intérêt général de permettre à la personne publique délégante de résilier la convention pour relancer une mise en concurrence.

Le fondement textuel d'une telle jurisprudence repose alors sur l'article L. 1411-2 du CGCT qui prévoit explicitement que lorsque les installations sont mises à la charge du délégataire, la durée de la convention "ne peut dans ce cas dépasser la durée normale d'amortissement des installations mises en œuvre".


4. Quelle indemnisation du délégataire ?Par principe, la résiliation pour un motif d'intérêt général donne droit à l'indemnisation intégrale du délégataire pour les investissements non amortis et le manque à gagner.

(Pour un rappel de ce principe voir CE, 4 mai 2011, n° 334280)

Mais dans le cas présent, par hypothèse, l'amortissement devrait "normalement" déjà avoir été réalisé et c'est précisément pour cela que la personne publique peut librement résilier la convention.

L'entreprise délégataire n'aurait donc droit à aucune indemnisation pour ce type de résiliation !

C'est en tout cas la solution récemment adoptée par la Cour administrative d'appel de NANCY qui retient dans un arrêt du 17 janvier 2013 (n° 11NC00809) que "le motif même de la résiliation de la convention fait obstacle à ce que la société (…) soit indemnisé du préjudice résultant du manque à gagner pour la période postérieur à la résiliation".

Or, il est à noter que l'article L. 1411-2 du CGCT précise sans la moindre équivoque que la durée de la convention doit être déterminée par la collectivité en fonction de prestations demandées au délégataire.

Dès lors, en accordant une convention de DSP pour une durée qui serait finalement jugée excessive, la collectivité ne commet-elle pas une faute de nature à engager sa propre responsabilité ?


5. Ce qu'il faut en retenirSi une telle jurisprudence devait se confirmer, tant dans son principe que sur l'indemnisation du délégataire, les entreprises qui entendent souscrire une convention de DSP devraient être particulièrement attentives à ce que la durée de la convention coïncide parfaitement avec ce qui pourrait être considéré comme la durée normale d'amortissement des installations à mettre en œuvre.







Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © Mimi Potter - Fotolia.com

Auteur

ROUSSE Christian

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.