S'inscrire à la newsletter

Services publics

Un service public est une activité considérée comme devant être disponible pour tous. Cette notion s'appuie sur celle d'intérêt général.
Une activité constitue un service public quand elle est assurée ou assumée par une personne publique en vue d'un intérêt public.

Les collectivités publiques (État, collectivité territoriale) ont le choix entre assumer directement un service public, et déléguer sa gestion à un organisme spécifique du secteur public ou à un organisme relevant du droit privé.

Les activités d'un service public sont soumises sur certains points à un régime juridique spécifique.
Le droit du service public est un élément essentiel du droit administratif français.

Vous rencontrez un problème avec un administré ?
Vous souhaitez savoir comment gérer le personnel dans la fonction publique, quelles sont ses particularités avec le secteur privé ?

Pour toutes ces questions relatives au service public, un avocat peut vous aider.


Vous retrouverez dans notre rubrique services publics les thèmes suivants :
Service public / Délégation de service public
Usagers
Fonction publique / Personnel administratif

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche aux relations entre une administration et un administré, entre une administration et ses fonctionnaires, à la délégation de service public…
 

La portée de l'obligation de communication aux membres du conseil municipal

Publié le : 04/06/2019 04 juin Juin 2019
Collectivités / Services publics / Fonction publique / Personnel administratif
Quelle est la portée de l'obligation de communication aux membres du conseil municipal ? (Conseil d'Etat 5 avril CIVIS n° 416542) L’article L. 2121-13 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) consacrent le droit à l’information des membres des assemblées délibérantes des collec...

La marchandisation du domaine public : quel point commun entre le domaine de Chambord et la bière Kronembourg ?

Publié le : 14/06/2019 14 juin Juin 2019
Collectivités / Services publics / Service public / Délégation de service public
L'on sait que l'article L711 – 4 du code de la propriété intellectuelle autorise en son h) la possibilité d'utiliser le nom d'une collectivité, sauf à porter atteinte au nom, à l'image ou à la renommée d'une collectivité territoriale. Cet article dispose :  Ne peut être adopté comme marqu...

Des modalités d'occupation domaniale originales : l'expérience des " gilets jaunes" à la Roche-sur-Yon

Publié le : 12/04/2019 12 avril Avril 2019
Collectivités / Services publics / Usagers
Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a refusé d'ordonner l'expulsion des "gilets jaunes" d'une ancienne école maternelle occupée au 132, Boulevard d'Angleterre depuis quatre mois à la Roche-sur-Yon. La commune avait volontairement mis à disposition des "gilets jaunes" cette...
La nature de la faute de l'agent public, critère exclusif de la compétence juridictionnelle

La nature de la faute de l'agent public, critère exclusif de la compétence juridictionnelle

Publié le : 11/08/2015 11 août Août 2015
La compétence d'un ordre juridictionnel (judiciaire ou administratif) à connaître d'un litige portant sur la réparation d'un préjudice causé par un agent public dépend de la nature de sa faute et non pas de la personne contre laquelle l'action est engagée.(TC 15 juin 2015 M. Paul V. c/ Mme Astrid B. n° C4007)

La question soumise au Tribunal des conflits portait sur l’ordre de juridiction compétent pour connaître de conclusions tendant à mettre en cause la responsabilité d’un agent public pour des fautes commises dans le cadre du service.


En l’espèce, le requérant sollicitait réparation des dommages imputables, outre à la participation irrégulière d’une contrôleuse du travail aux travaux de la commission de classification des œuvres cinématographiques, à la rédaction d'un rapport relatif aux conditions irrégulières d'emploi de deux mineurs dans le film qu'il avait réalisé.

En effet, dans ce rapport, le contrôleur, Mme Astrid B., d’une part, faisait état de « scènes particulièrement choquantes et malsaines » pouvant avoir des retentissements sur la santé physique et morale des mineurs les interprétant et, d’autre part, relevait que ces mêmes mineurs avaient été employés dans une entreprise de spectacle sans autorisation préalable, en méconnaissance des prescriptions du code du travail.

Sur la base de ce rapport, le requérant avait été poursuivi et in fine relaxé par jugement du Tribunal correctionnel de Nîmes du 25 novembre 2008.

A la suite de cette relaxe, le requérant avait alors engagé diverses actions tendant à obtenir réparation du préjudice causé par le rapport établi par la fonctionnaire et notamment saisi le Tribunal d'instance de Nîmes d'une demande d'indemnisation personnellement dirigée contre Mme Astrid B.

Par jugement du 23 septembre 2014, le Tribunal a néanmoins déclaré la Juridiction judiciaire incompétente pour en connaitre ; le préjudice dont il était demandé réparation trouvant sa cause dans un rapport s'analysant en un document administratif et établi par Mme Astrid B. dans le cadre de ses fonctions de contrôleuse du travail.

Le Tribunal en concluait qu'un tel litige, relatif à des agissements d'un fonctionnaire qui ne sont pas détachables du service, relevait de la compétence de la Juridiction administrative.

Le requérant s'est alors légitimement tourné vers le juge des référés administratifs pour solliciter la condamnation provisionnelle de Mme Astrid B.

Pourtant, au juge administratif de relever, pour sa part, que « l'action en responsabilité dirigée par la victime d'un dommage contre un fonctionnaire ou agent public à titre personnel, quel qu'en soit le mérite, relève de la compétence de la juridiction judiciaire ».

Saisi en prévention d'un conflit négatif, le Tribunal des conflits a, quant à lui, rappelé le principe, constant depuis l'arrêt Pelletier du 30 juillet 1873, selon lequel la Juridiction judiciaire est incompétente dès lors que la faute invoquée n'a pas le caractère d'une faute personnelle, alors même que la demande est dirigée contre l'agent et non contre la collectivité publique ; principe également régulièrement réitéré dans le cadre d’un conflit négatif (TC, 7 mars 1994, Damez n° 2902).


Aussi, par un considérant empreint de pédagogie, le Tribunal des Conflits rappelle dans son arrêt du 15 juin 2015 :


  • « que la réparation de dommages causés par un agent public peut être demandée au juge judiciaire lorsqu'ils trouvent leur origine dans une faute personnelle de cet agent,
  • au juge administratif lorsqu'ils trouvent leur origine dans une faute non détachable du service,


  • ou encore à l'un et l'autre des deux ordres de juridiction lorsqu'ils trouvent leur origine dans une faute qui, bien que personnelle, n'est pas dépourvue de tout lien avec le service.

Au Tribunal d’énoncer explicitement « qu'il en va ainsi indépendamment de la personne contre laquelle l'action est engagée » et « qu'il appartient seulement à la juridiction compétemment saisie de rejeter l'action portée devant elle si elle l'estime mal dirigée »

Aussi, dès lors qu’en l’espèce les agissements de l’agent public n’étaient pas détachables du service, le Tribunal des Conflits a, en cohérence, jugé qu’il appartenait à la Juridiction administrative de connaître de l’action en responsabilité, même si elle n’avait été dirigée qu’à l’encontre du fonctionnaire pris personnellement.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © antoinemonat- Fotolia.com

Auteur

TISSOT Sarah

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.