S'inscrire à la newsletter

Inaptitude du salarié: visite médicale et licenciement

Publié le : 24/06/2008 24 juin Juin 2008
L’employeur veillera au strict respect de chaque étape de la procédure de licenciement sous peine de devoir réintégrer le salarié ou de subir une double sanction se traduisant par l’illicéité du licenciement et l’octroi de dommages et intérêts.

Procédure de licenciement en cas d'inaptitude du salariéL’interprétation que fait la Cour de Cassation des obligations incombant à l’employeur dont le salarié est déclaré par le médecin du travail inapte à reprendre l’emploi qu’il occupait préalablement à son arrêt de travail, s’inscrit incontestablement dans la volonté de protection du salarié victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle telle qu’elle résulte des dispositions des articles L 1226-7 (ancien L 122-32-1) et suivants du Code.

Parmi les sources de contentieux auxquelles l’employeur peut se trouver confronté, l’examen de la jurisprudence récente de la Cour de Cassation conduit à rappeler les règles suivantes :

1- L’avis des délégués du personnel doit être obligatoirement recueilli avant que soit engagée la procédure de licenciement pour inaptitude du salarié en raison d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle (Chambre Sociale 30 MAI 2007).

L’employeur ne peut se soustraire à cette obligation au motif de l’absence de délégué du personnel dans l’entreprise dès lors que leur mise en place est obligatoire et qu’aucun constat de carence n’a été établi.

Par ailleurs, la consultation du Comité d’Entreprise n’est pas de nature à pallier l’absence de consultation des délégués du personnel.

Cette obligation constitue une formalité substantielle dont la violation est également soumise à la sanction pécuniaire découlant de l’article L 1226-15 (ancien 122-32-7) du Code du Travail prévoyant le versement d’une indemnité qui ne saurait être inférieure à douze mois de salaire.

2- Dans un Arrêt du 3 MAI 2006, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation juge irrégulier le licenciement pour inaptitude d’un salarié du chef du non respect du délai de deux semaines devant séparer les deux visites de reprise en application des dispositions de l’article R 4624-31 (ancien R 241-51-1) du Code du Travail.

3- Sauf à ce que le médecin du travail caractérise d’une part l’inaptitude du salarié à tout poste et, d’autre part, l’existence d’un danger immédiat de le maintenir à son poste au visa de l’article R 4624-31 du Code du Travail, son inaptitude n’est acquise qu’à l’issue de la seconde visite médicale de reprise.

Le licenciement pratiqué au mépris de l’exigence du double examen médical est frappé de nullité par la Cour de Cassation.

Aux termes d’un arrêt du 21 mai 2008, elle précise que les mentions justifiant un examen unique doivent être visées dans l’avis d’inaptitude lequel ne peut se borner à renvoyer à un document extérieur.


De même, l’employeur engage sa responsabilité et s’expose à une condamnation au paiement de dommages et intérêts s’il s’abstient de toute diligence consécutivement au premier examen de reprise. (Cass. Soc. 12 MARS 2008).

4- Dans un Arrêt du 9 AVRIL 2008, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation rappelle que la lettre de licenciement doit viser l’inaptitude physique du salarié mais doit également faire mention de l’impossibilité de tout reclassement.

A défaut, l’insuffisance de motivation de la lettre de licenciement affecte sa validité ce qui prive le licenciement de toute cause réelle et sérieuse.

5- Dans un Arrêt du 19 MARS 2008, la même Chambre Sociale réaffirme l’obligation pour l’employeur de verser les salaires à l’issue du délai d’un mois à compter de la date de la seconde visite médicale de reprise du travail s’il n’a pas reclassé ou licencié son salarié.

En résumé, l’employeur veillera au strict respect de chaque étape de la procédure de licenciement sous peine de devoir réintégrer le salarié ou de subir, en cas de refus de réintégration, une double sanction se traduisant par l’illicéité du licenciement et l’octroi de dommages et intérêts.

Les médecins du travail doivent également faire preuve du plus grand soin dans la rédaction des avis d’inaptitude afin d’épargner à l’employeur une source de difficultés supplémentaire.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DANIEL Jean-Philippe
Avocat Associé
SCP FORTUNET & Associés
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 832 833 834 835 836 837 838 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.