S'inscrire à la newsletter

La réalité du projet dans la préemption

Publié le : 02/04/2008 02 avril Avril 2008
Dans une délibération visant à exercer le droit de préemption urbain (DPU), une commune n’a pas à faire mention d’une délibération antérieure ou à justifier d’un projet précis à la date de cette première délibération.

Obligation de recherche du jugeLe Conseil d'Etat dit que le juge doit rechercher si un véritable projet existait bien au moment de la délibération de l'organe délibérant décidant de la préemption.

Il résulte des dispositions combinées des articles L. 210-1 et L. 300-1 du Code de l'urbanisme que le DPU peut en particulier être exercé en vue de la réalisation d'actions ou d'opérations d'aménagement destinées à "organiser le maintien, l'extension ou l'accueil d'activités économiques".

La commune menait dans son centre-ville une politique de "réaménagement" et de "revitalisation" engagée par une délibération du 23 octobre 1986, en mettant des locaux à la disposition d'artisans, de commerçants et d'une association d'aide à domicile pour personnes âgées.

La délibération litigieuse visait à acquérir et aménager une grange située dans cet îlot en vue d'y accueillir un artisan, un commerçant ou une association exerçant une activité économique. La commune justifiait ainsi, à cette date, de la réalité d'un projet entrant dans les prévisions de l'article L. 300-1 du Code de l'urbanisme et d'un projet d'aménagement répondant aux exigences de l'article L. 210-1 du même code, alors même qu'aucune demande tendant à l'occupation des locaux préemptés n'avait été adressée à la commune à la date de la délibération et que celle-ci s'était abstenue d'exercer le droit de préemption urbain sur un autre bien mis en vente dans le même secteur.

L'arrêt de la Haute juridiction administrative relève que le demandeur en nullité n'avait invoqué que des moyens mettant en cause la légalité interne de la décision attaquée et que, par suite, le moyen présenté dans un mémoire complémentaire et tiré de ce que celle-ci serait insuffisamment motivée, qui se rattache à une cause juridique distincte, est irrecevable comme ayant été présenté tardivement.

RéférenceConseil d'Etat, sect. du Contentieux, 7 mars 2008 (req. n° 288.371), Commune de Meung-sur-Loire. Arrêt publié au Recueil Lebon. Liens- Droit de préemption urbain (DPU)

- Code de l'urbanisme

- Juridiction administrative

- Site de l'Office Notarial de Baillargues Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 144 145 146 147 148 149 150 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.