S'inscrire à la newsletter

Le droit de grève confronté au licenciement

Publié le : 27/08/2009 27 août Août 2009
En cette période de crise économique et sociale, la Chambre Sociale de la Cour de Cassation a rendu le 8 juillet 2009 un arrêt venant conforter la protection du salarié gréviste.

Droit de grève confronté au licenciement: le vainqueur est?Le contexte :

Comme « rien ne va plus » dans les différents Casinos dont celui d’ Evaux les Bains, les salariés ont organisé un mouvement de grève fixé au 31 décembre 2006.
Plus tard soit le 6 février 2007, un croupier et une caissière sont licenciés pour faute grave.

La motivation de la lettre de licenciement :

Les lettres de licenciement comportent différents griefs constitutifs de la faute grave dont : « absence injustifiée, volonté de nuire à la société, mise en place d’un climat gravement conflictuel…atteinte à la liberté de travail….. ».

Bien que l’employeur ait eu la prudence de ne pas leur reprocher expressément une participation au mouvement de grève, les 2 salariés grévistes ont contesté la licéité du licenciement et sollicité leur réintégration.

La discussion :

Les salariés ont évoqué la protection légale découlant de l’article L. 2511-1 du Code de Travail (anciennement L. 521-1) qui dispose qu’en l’absence de faute lourde du salarié, l’exercice du droit de grève ne peut justifier la rupture du contrat de travail de sorte que le licenciement est « nul de plein droit ».

La Cour d’Appel de Limoges a rejeté cette prétention au motif que la lettre de licenciement visait des faits qui étaient distincts de la participation à la grève.

Cette décision est à rapprocher de la position classique de la Jurisprudence qui admet la validité du licenciement dès lors que l’un des motifs visés constitue bien une cause réelle et sérieuse ou une faute grave.

Mais la fraude corrompt tout !

La solution :

Sur pourvoi des salariés grévistes, la Cour de Cassation admet que leur licenciement était lié à l’exercice du droit de grève de sorte qu’il encourt la nullité en l’absence de faute lourde le motivant.

Le contrôle particulièrement strict auquel se livre la haute juridiction sur l’application par les juges du fond de l’article L. 2511-1 du Code du Travail participe à la consécration du droit de grève en confortant la protection du salarié gréviste.





Cet article n'engage que son auteur.

Auteur

DANIEL Jean-Philippe
Avocat Associé
SCP FORTUNET & Associés
AVIGNON (84)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 734 735 736 737 738 739 740 ... > >>
Information sur les cookies
Ce site utilise des "cookies" pour effectuer de la mesure d’audience, ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vos données personnelles ne sont pas collectées et ces cookies ne représentent aucun danger pour votre équipement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations Moins d'informations
Les cookies sont des fichiers textes utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site n’utilise que des cookies d'identification, d'authentification, d’analyse de mesure d'audience ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez cependant vous opposer à la mise en place de ces cookies en désactivant cette option dans les paramètres de votre navigateur.
Nous vous invitons à consulter les instructions de votre navigateur à cet effet et vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
J'ai compris