S'inscrire à la newsletter

L'interdiction de licencier une femme enceinte

Publié le : 25/03/2008 25 mars mars 2008

Une travailleuse, qui se soumet à une fécondation in vitro est-elle une "travailleuse enceinte" au sens de l'article 2, sous a), première partie, de la directive 92/85?

Licenciement et fécondation in vitro - Droit communautaireTelle est la question qu'a posé l'Oberster Gerichtshof à la Cour de justice des communautés européennes.

Les faits étaient les suivants:
Une travailleuse qui s'était soumise à une fécondation in vitro a été licencié.
Au moment de son licenciement, ses ovules avaient déja été fécondés par les spermatozoïdes de son partenaire, et il existait déja des embryons in vitro, mais ils n'avaient pas encore été transférés chez la femme.

Trois jours après qu'elle eut été informée de son licenciement, deux ovules fécondés ont été transférés dans l'utérus de la salariée.

Elle a alors réclamé à son employeur le paiement de son salaire et la part correspondante de sa rémunération annuelle, en faisant valoir que, depuis la fécondation in vitro de ses ovules, elle bénéficiait de la protection contre le licenciement prévus par la législation autrichienne.

La question portait donc sur le fait de savoir si, selon la directive relative à la sécurité et la santé des travailleuses enceintes, une femme est enceinte avant que ses ovules fécondés n'eussent été transférés dans son utérus.


A cette question, la Cour a répondu que:

" La directive 92/85/CCE du Conseil, du 19 octobre 1992 (...), et notamment l'interdiction de licenciement des travailleuses enceintes prévue à l'article 10, point 1 de cette directive doivent être interprétées en ce sens qu'elles ne visent pas une travailleuse qui se soumet à une fécondation in vitro lorsque, à la date à laquelle son licenciement est prononcé, la fécondation des ovules de cette travailleuse par les spermatozoïdes de son partenaire a déja eu lieu, de sorte qu'il existe des ovules fécondés in vitro, mais que ceux-ci n'ont cependant pas été transférés dans l'utérus de cette dernière.
Les articles 2, paragraphe 1, et 5, paragrpahe 1 de la directive 76/207/CEE du Conseil (...) s'opposent au licenciement d'une travailleuse, qui, dans les circonstances telles que celles au principal, se trouve à un stade avancé d'un traitement de fécondation in vitro, à savoir entre la ponction folliculaire et le transfert immédiat des ovules fécondés in vitro dans l'utérus de cette travailleuse, pour autant qu'il est démontré que ce licenciement est fondé essentiellement sur le fait que l'intéressée a subi un tel traitement".

Liens- Licenciement

- La fécondation in vitro

- La Cour de justice des communautés européennes (CJCE)

- Directive 92/85/CEE du Conseil, du 19 octobre 1992, concernant la mise en oeuvre de mesures visant à promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail

- Directive 76/207/CEE du Conseil, du 9 février 1976, relative à la mise en oeuvre du principe de l'égalité de traitement entre hommes et femmes en ce qui concerne l'accès à l'emploi, à la formation et à la promotion professionnelles, et les conditions de travail Cet article n'engage que son auteur.

Historique

<< < ... 149 150 151 152 153 154 155 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.