S'inscrire à la newsletter
La charge de la preuve des heures supplémentaires en cas de litige en droit français et espagnol

La charge de la preuve des heures supplémentaires en cas de litige en droit français et espagnol

Publié le : 27/03/2014 27 mars mars 03 2014

En Espagne il s’opère une dissociation plus nette de la répartition de la charge de la preuve des heures supplémentaires.

Au visa de l’article L3171-4 du Code du travail français, « En cas de litige relatif à l’existence ou au nombre d’heures de travail accomplies, l’employeur fournit au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié. »

La Cour de cassation, dans un arrêt de principe du 24 février 2004 (1), a apporté des précisions quant à ces dispositions légales, une décision dès lors régulièrement confirmée, notamment dans un arrêt du 15 janvier 2014 (2), où le juge a de nouveau affirmé que la preuve des heures supplémentaires n’incombait spécialement à aucune des parties.

Dans la décision rendue, la Cour de cassation a confirmé le jugement d’appel formé par un travailleur qui avait été débouté de sa demande en appel, dont les moyens invoquaient que la décision d’appel faisait peser sur lui la charge de la preuve.

Par cette décision, la Cour a ainsi rappelé qu’en cas de litige, le salarié devait étayer sa demande par la production d'éléments suffisamment précis pour permettre ensuite à l'employeur de répondre en fournissant à son tour ses propres éléments.

En Espagne, le texte régissant le régime des travailleurs (Ley 36/2011, de 10 de octubre, reguladora de la jurisdicción social) ainsi que la jurisprudence (3) invoquent qu’en principe le travailleur doit apporter la preuve du temps supplémentaire travaillé.

Un arrêt du Tribunal « Superior de Justicia de Cataluña » (4) est venu apporter des précisions quant à la distribution de la charge de la preuve des heures supplémentaires, en énonçant qu’il revenait au travailleur d’apporter la preuve de l’excèdent de temps travaillé, et que c’était à l’employeur d’établir la preuve du travail effectif réalisé ou des heures de présence ou de mise à disposition, le cas échéant. Cette disposition a d’ailleurs été confirmée à de nombreuses reprises, notamment par un arrêt rendu par le « Tribunal Superior de Justicia de Madrid » (5) le 13 novembre 2009.

Ainsi en Espagne il s’opère une dissociation plus nette de la répartition de la charge de la preuve des heures supplémentaires. En effet, alors qu’en France la Loi dispose que la preuve ne pèse spécialement sur aucune des deux parties, le régime espagnol des travailleurs implique qu’il revient à l’employé de prouver la réalisation de tout ou partie des heures supplémentaires, et à l’employeur d’en attester l’effectivité.

Index:
(1) Cass. soc. févr 2004, nº01-45.441
(2) Soc. 15 janv.2014, nº12-19.472
(3) TS 23-6-88, EDJ 5496
(4) TSJ Cataluña 13-6-97
(5) TSJ Madrid 13-11-09



Les auteurs de l'article



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © granata68 - Fotolia.com

Historique

<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.