S'inscrire à la newsletter

Urbanisme

Le droit de l'urbanisme est un ensemble de règles et d'institutions établies en France en vue d'obtenir un aménagement de l'espace conforme aux objectifs d'aménagement des collectivités publiques.

Branche du droit public, le droit de l’urbanisme exprime l'intérêt général face à la diversité des intérêts particuliers des constructeurs et des aménageurs
Particulièrement technique, il se traduit par un imposant dispositif législatif et réglementaire qui fait régulièrement l'objet de modifications et d'adaptations (code de l'urbanisme).

Le droit actuel de l'urbanisme est le résultat d'un processus de sédimentation de textes édictés par les pouvoirs publics pour faire face à des problèmes de plus en plus complexes.

Face à cette complexité, le rôle de l’avocat est d’autant plus important.

En droit de l'urbanisme, l'avocat s'occupe entre autre de l'audit de dossiers de permis de construire, d'assistance à la mise en œuvre des outils de maîtrise foncière (délaissement, préemption, expropriation…), d'audit de dossiers de "D.U.P" c'est-à-dire, tout ce qui concerne les infrastructures routières, ferroviaires, il intervient en cas d'assistance juridique à l'élaboration et à la gestion des documents d'urbanisme; dans le contentieux de l'urbanisme et de l'expropriation ...

Par exemple vous voulez connaître les conditions de validité de retrait d’un permis de construire, et les délais de recours ?
Vous voulez connaître les règles régissant les autorisations d’urbanisme ?
Ou, les règles relatives à l’expropriation ? Celles au droit de préemption ?

Mais, l’avocat spécialisé en droit de l’urbanisme peut donc intervenir une fois qu’un contentieux est né, mais également en amont, et jouer son rôle de conseil.
  • Trouver un avocat spécialisé en urbanisme
  • Trouver un avocat en droit de la construction 
  • Trouver un avocat spécialisé dans l'expropriation
  • Trouver un avocat spécialisé dans les autorisations d'urbanisme
  • Trouver un avocat spécialisé en ouvrages et travaux publics

Vous retrouverez dans notre rubrique Urbanisme les thèmes suivants :
Permis de construire / Documents d’urbanisme
Expropriation
Ouvrages et travaux publics / Construction

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche au contentieux du permis de construire, aux règles d’aménagement, aux risques de la construction, aux travaux publics, au document local d’urbanisme, au plan local d’urbanisme, à l’expropriation…

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...

Notification des recours par le défendeur à l'instance initiale en cas d'annulation d'un refus de permis de construire

Publié le : 03/06/2019 03 juin Juin 2019
Collectivités / Urbanisme
Collectivités / Urbanisme / Permis de construire/ Documents d'urbanisme
Dans un avis du 8 avril 2019, le Conseil d’État a eu à se prononcer sur l’obligation de notification du recours contentieux exercé par le défendeur à l’instance initiale et dirigé contre la décision juridictionnelle annulant un refus de permis de construire et enjoignant au maire de la commune...
Infraction d’urbanisme : point de départ du délai imparti par le juge pour effectuer des travaux de mise en conformité

Infraction d’urbanisme : point de départ du délai imparti par le juge pour effectuer des travaux de mise en conformité

Publié le : 03/01/2017 03 janvier Janv. 2017
Lorsque le juge pénal relève une infraction aux dispositions d’urbanisme, il lui appartient de statuer, soit sur la mise en conformité, soit sur la démolition des ouvrages en vue du rétablissement des lieux dans leur état antérieur (Article L. 480-5 du Code de l’urbanisme).

Aux termes de l’Article L. 480-7 du Code de l’Urbanisme, le Tribunal impartit au condamné un délai pour l’exécution de ces mesures, le cas échéant sous astreinte, pouvant aller jusqu’à 500 euros par jour de retard.

Afin de permettre la bonne exécution de ces injonctions, le juge doit fixer le point de départ du délai dans sa décision, à peine de méconnaître les dispositions de l’Article L. 480-7 (Cass. Crim., 18 mars 1986, n°85-92296).

Ainsi, nombre de juges octroyaient un délai d’exécution courant « à compter de la décision » de condamnation.

Or, si cette précision permettait au juge répressif d’épuiser sa compétence au regard de l’Article L. 480-7 du Code de l’urbanisme, elle ne levait pas toute ambiguïté sur le point de départ exact du délai d’exécution, et donc du jour à compter duquel commençait à courir l’astreinte, le cas échéant.

Une fois n’est pas coutume, c’est la Cour de cassation qui est venue préciser la notion.

La Haute Juridiction avait déjà jugé que lorsqu’il est fixé à compter de la décision, le délai imparti ne court nécessairement que quand cette décision passe en force de chose jugée (Cass. Crim., 28 avril 1997, n°96-81527 ; Cass. Crim., 7 avril 1999, n°98-81498).

Dans son arrêt du 8 novembre 2016, la Cour de cassation poursuit sa définition (Cass. Crim., 8 novembre 2016, n°15-86889).


En l’espèce, en suite de la transformation de leur maison en hôtel en méconnaissance des dispositions d’urbanisme, les Consorts X avaient été condamnés à la remise en état des lieux dans un délai de sept mois à compter de la décision, sous astreinte.

Les intéressés ne s’étant toujours pas exécutés au 3 janvier 2011, la Commune faisait procéder à la remise en état des lieux d’office, et le Préfet à la liquidation de l’astreinte.

Les prévenus ont alors saisi la Cour d’appel d’Aix-en-Provence d’une requête en incident d’exécution, que cette dernière rejetait par un arrêt du 20 octobre 2015.

C’est dans le cadre du pourvoi dirigé contre cet arrêt que la Cour de cassation apporte une précision utile s’agissant du délai imparti pour exécuter les mesures ordonnées en restitution des infractions d’urbanisme, lorsqu’il est fixé à compter de la décision.

La Cour de cassation précise que ce délai ne commence à courir qu’« à compter du jour où la décision, devenue définitive, est exécutoire ».

Commet, dès lors, une erreur de droit la Cour qui retient comme point de départ du délai d’exécution d’un arrêt d’appel la date de la décision de rejet du pourvoi, alors que cette dernière n’avait pas été régulièrement notifiée.

Une décision de rejet du pourvoi est en effet soumise à des modalités de notification particulières au titre de l’Article 617 du Code de procédure pénale ; la Cour de cassation considère qu’à défaut de cette notification, l’arrêt d’appel n’acquiert de caractère exécutoire qu’au jour où les prévenus ont connaissance du rejet de leur pourvoi, par tout moyen certain.

En l’espèce, à défaut de notification du rejet de leur pourvoi, ce n’est qu’à compter de la nouvelle décision de justice contradictoire rendue contre eux, et mentionnant le rejet de ce pourvoi, que les prévenus avaient acquis connaissance certaine de ce rejet, et que la décision d’appel était devenue exécutoire.

En retenant que le délai d’exécution des mesures de restitution avait commencé à courir, non à compter de cette date, mais à compter de la date de l’arrêt de rejet de leur pourvoi, la Cour d’appel a commis une erreur de droit, emportant la censure de sa décision par le juge de cassation.

Lorsqu’un prévenu est condamné à une mesure de restitution dans un délai fixé « à compter de la décision », il importe donc que la décision le condamnant lui ait été transmise dans les formes la rendant exécutoire, à peine pour le délai de ne commencer à courir à son encontre.

Il suffira, la plupart du temps, de l’expiration des délais de recours à compter du jour du prononcé du jugement contradictoire ou de l’arrêt.

Quelques cas particuliers peuvent toutefois être soulignés.

On rappellera, en premier lieu, les exceptions prévues aux Article 498, 498-1, 499 ou encore 568 du Code de procédure pénale, en application desquels seule la signification de la décision, le cas échéant à personne, est de nature à faire courir les délais de recours.

On notera, en second lieu, comme en l’espèce, les arrêts de rejet de demande en cassation, qui ne sont exécutoires qu’après leur notification dans les formes de l’Articles 617 du Code de procédure pénale, ou à défaut, qu’après leur connaissance certaine par les prévenus.

Les condamnés peuvent puiser dans ces modalités quelques jours ou semaines de répit avant de devoir s’exécuter.

On rappellera toutefois que certaines obligations de remise en état demeurent à devoir être exécutées immédiatement, et alors même que la décision les ordonnant serait frappée d’un appel ou d’un pourvoi.

Il s’agit du cas où l’injonction est assortie de l’exécution provisoire par le Tribunal, comme le lui permet l’Article L. 480-7 du Code de l’urbanisme ; il s’agit encore du cas où l’injonction n’a pas été prononcée en cause d’appel au titre de l’action publique, mais de l’action civile (Cass. Crim., 3 novembre 2009, n° 08-88178).

En ces cas, il n’est pas sursis à l’obligation de mise en conformité nonobstant l’appel ou le pourvoi, et il appartient aux condamnés de s’exécuter immédiatement, à peine de voir l’astreinte commencer à courir.


Immédiatement, les condamnés doivent encore s’exécuter complètement.

Aux termes de cet arrêt, la Cour de cassation rappelle en effet que l’astreinte ne cesse de courir qu’avec l’achèvement de la remise en état.

Il s’agit d’une jurisprudence constante (Cass. Crim., 23 novembre 1994, n°93-81605), et la simple obtention du permis de construire de régularisation ne saurait, à elle seule, valoir exécution de la décision (Cass. Crim., 7 novembre 1995, n°94-80953).

Les délinquants de l’urbanisme ne sauraient donc trop compter sur le temps avant lequel leur condamnation n’est pas définitive ; une fois la décision exécutoire et le délai enclenché, seule une exécution totale et souvent rapide sera de nature à leur éviter d’avoir à supporter l’astreinte.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

MILLET Marion

Historique

<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.