S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

SCI et résidence secondaire : les inconvénients et les avantages

Publié le : 10/02/2022 10 février févr. 02 2022
Particuliers / Patrimoine / Gestion
Entreprises / Vie de l'entreprise / Création de l'entreprise
SCI Acheter sa résidence secondaire est parfois un rêve mûrement réfléchi, cela peut être un lieu pour passer des moments en famille, mais aussi un bien qui a vocation à être transmis à ses enfants....

Réforme du financement participatif

Publié le : 28/03/2022 28 mars mars 03 2022
Entreprises / Finances / Banque et finance
Financement participatif En 2020, le financement participatif ou crowdfunding a permis de collecter 1, 02 milliards d’euros pour aider au financement de 115 616 projets et d’entreprises, soit une augmentation substantiel...

Licenciement pour motif économique : comment apprécier la période de baisse du chiffre d'affaires ?

Publié le : 19/07/2022 19 juillet juil. 07 2022
Particuliers / Emploi / Licenciements / Démission
Entreprises / Ressources humaines / Discipline et licenciement
Licenciement pour motif économique La Cour de cassation, dans un arrêt du 1er juin 2022 (Cass. Soc., 1 juin 2022, n° 20-19.957), vient apporter des précisions sur la date d’appréciation de la baisse significative du chiffre d’affa...

Pratiques anticoncurrentielles dans le domaine du médicament

Publié le : 29/07/2022 29 juillet juil. 07 2022
Entreprises / Marketing et ventes / Concurrence
Pratiques anticoncurrentielles Cour de cassation, Chambre commerciale, 1er juin 2022, 19-20.999   Faits : Afin d’obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) pour un médicament en France, un laboratoire pharmaceutique...

Vers un élargissement de la responsabilité délictuelle des assureurs vis-à-vis des maîtres de l'ouvrage ?

Publié le : 03/08/2022 03 août août 08 2022
Particuliers / Patrimoine / Assurances
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
Responsabilité des assureurs Cass., 2ème civ., 31 mars 2022, n° 20-17.662  Face à la multiplication des refus de garantie opposés par les assureurs suite aux arrêts de 1997 (Cass., 1ère civ., 29 avril 1997, n° 95-10.187 ; C...

Le liquidateur peut agir contre le créancier en cas de contestation sérieuse de la créance déclarée

Publié le : 07/04/2022 07 avril avr. 04 2022
Entreprises / Contentieux / Procédures collectives / Liquidation
Créances En l’espèce, une société a été mise en redressement puis en liquidation judiciaire, successivement en avril 2016 et octobre 2017. En mai 2016, une banque a déclaré sa créance, tant en capital re...
Bail commercial

Le formalisme du cautionnement des baux commerciaux modifié par la réforme du droit des sûretés

Publié le : 12/01/2022 12 janvier janv. 01 2022

La réforme du droit des sûretés par l'ordonnance du 15 septembre 2021, entrée en vigueur le 1er janvier 2022, emporte des conséquences importantes sur le régime du cautionnement des baux commerciaux.
Il résulte de l'article 2292 du Code civil que « le cautionnement ne se présume point ; Il doit être exprès, et on ne peut pas l'étendre au-delà des limites dans lesquelles il a été contracté ».

Le cautionnement, qui est une sûreté personnelle, est définit à l'article 2288 du Code civil, comme étant « le contrat par lequel une caution s'oblige envers le créancier à payer la dette du débiteur en cas de défaillance de celui-ci ».

Jusqu'à présent, lorsque le bailleur était un créancier professionnel et que c'était une personne physique qui s'engageait en qualité de caution, en garantie de la défaillance du preneur, les prescriptions de l'article L 331-1 Code de la consommation devaient être respectées scrupuleusement, sous peine de nullité du cautionnement.

La caution, personne physique, devait donc porter manuscritement la mention sacramentelle de l'article L 331-1 du Code de la consommation, créé par l'ordonnance 2016-301 du 14 mars 2016, avant d'apposer sa signature.

En effet, selon l'article L 343-1 du Code de la consommation : « les formalités définies à l'article L 331-1 sont prévues à peine de nullité », alors que l’article L 343-2 ne disait pas autre chose concernant le cautionnement solidaire avec renonciation au bénéfice de discussion, prévu à l'article 2398 du Code civil.

La réforme du droit des sûretés par l'ordonnance n° 2021-1192 du 15 septembre 2021, entrée en vigueur au 1er janvier 2022 pour les cautionnements conclus à partir de cette date, prévoit dans un nouvel article 2297 du Code civil que la caution, personne physique, appose elle-même une mention manuscrite aux termes de laquelle elle s'engage en qualité de caution à payer au créancier ce que lui doit le débiteur défaillant, dans la limite d'un montant en principal et accessoires exprimé en toutes lettres ».

Si la caution est privée des bénéfices de discussion ou de division, elle doit reconnaître dans cette mention ne pas pouvoir exiger du créancier qu'il poursuive d'abord le débiteur ou qu'il divise ses poursuites entre les cautions.

À défaut, l'acte de cautionnement n'est pas affecté de nullité, mais la caution conserve le droit de se prévaloir du bénéfice de discussion et de division.

Sur ce, l'ordonnance du 15 septembre 2021 abroge le titre III du livre III du Code de la consommation et donc son article L 331-1, pour constituer un droit commun du cautionnement dans le Code civil.

Il en résulte une série de réflexions :

1. La mise en œuvre des dispositions du nouvel article 2297 du Code civil implique que le créancier soit un professionnel, ce que la jurisprudence définit comme étant celui dont la créance est née dans l'exercice de sa profession où se trouve en rapport direct avec l'une de ses activités professionnelles (Cass., 1ère civ, 9 juillet 2009, n° 08-15.910).

Sont ainsi considérées comme étant des créanciers professionnels les sociétés de crédit-bail (Cass., com., 10 mars 2021, n° 19-18.091).

À ce sujet, dans un arrêt en date du 24 mars 2021 (Cass., 3ème civ., 24 mars 2021, n° 19-21.295), la Cour de cassation a précisé qu'une société civile immobilière est un créancier professionnel, confirmant ainsi qu'il ne s’agit pas nécessairement d’un commerçant (Cass., 3ème civ., 9 mars 2011, n° 10-11.011).

Dans la situation d’une société civile immobilière, la créance est effectivement née dans le cadre de l'exercice professionnel, permettant la constitution de revenus par la gestion d'immeubles, quelle que soit l'importance de l'activité.

La réforme ne change rien au fait que la mention manuscrite n'est toujours pas exigée pour les actes de cautionnement souscrits par les personnes morales, ni pour ceux consentis par acte notarié ou par acte sous signature privée contresignée par un avocat, en application des articles 1369 alinéa 3 et 1374 alinéa 3 du Code civil.

2. L'entrée en vigueur de la réforme du droit des sûretés implique que le cautionnement de dettes commerciales constitue désormais, entre toutes personnes, un acte de commerce au sens de l'article L 110-1-11 du Code de commerce, alors même que jusqu'alors le cautionnement était un contrat civil par nature.

Devient donc un acte de commerce le cautionnement conclu par une personne, même non commerçante, qui a un intérêt personnel à garantir une dette qui est commerciale.

3. Il résulte encore et surtout des nouvelles dispositions, puisqu’il s’agit là de l’évolution la plus significative, que l’article 2297 du Code civil n'impose aucun formalisme précis, contrairement à ce qui était prévu par l'article L 331-1 du Code de la consommation.

L'article 2297 alinéa 1er du Code civil dispose en effet que :
« à peine de nullité de son engagement, la caution personne physique appose elle-même la mention qu'elle s'engage en qualité de caution à payer au créancier ce que lui doit le débiteur, en cas de défaillance de celle-ci ».

La « mention » doit alors simplement de préciser la durée de l'engagement, s'inscrivant dans la limite d'un montant en principal et accessoires, exprimé en toutes lettres et en chiffres, étant précisé que, sauf dispositions contraires, le cautionnement est réputé s'étendre aux intérêts et aux accessoires en application de l'article 2295 du Code civil.

En l'absence désormais de tout formalisme sacramentel, en cas de litige, c'est donc tout juge qu'il appartiendra d'apprécier si la « mention » qui a été apposée est suffisante pour assurer l'information de la caution sur la nature et la portée de son engagement.

Les conditions d'application de l’apposition de la mention impliquent qu'elles garantissent qu'elle n'a pu être faite que par la caution elle-même, en application de l'article 1174 alinéa 2 du Code civil, pour une évidente raison de sécurité juridique.

L'objectif du législateur est bien de simplifier le formalisme de l'acte de cautionnement en supprimant la lourdeur de l'obligation du caractère manuscrit de la mention sacramentelle d'engagement par la caution et en permettant ainsi de favoriser les processus de dématérialisation des procédures de mise en location.

L'article 2297 du Code civil ne fait d'ailleurs pas référence à la nécessité d'une mention manuscrite, mais à une mention apposée par la caution, afin de tenir compte de la conclusion du cautionnement par voie électronique dans les conditions de forme prescrites par l'article 1174 alinéa 2 du Code civil.
L'esprit de la réforme et ainsi conforme à la suppression de la mention sacramentelle pour les actes de cautionnement relatifs aux baux d’habitation, prévue par l'article 22-1 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989, par l'article 134 de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018, portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique, dite loi élan.

Depuis le 25 novembre 2018, les informations qui étaient antérieurement requises de la main de la caution doivent en effet figurer dans l'acte de cautionnement que le garant doit simplement signer.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Ludovic GAUVIN
Avocat Associé
ANTARIUS AVOCATS ANGERS, Membres du Bureau, Membres du conseil d'administration
ANGERS (49)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK