S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

Comment restructurer ou reprendre une entreprise en difficultés ?

Publié le : 22/03/2021 22 mars mars 03 2021
Entreprises / Vie de l'entreprise / Cession d'entreprise
Coronavirus
Reprendre une entreprise en difficultés Le prepack- cession Le prepack cession est une modalité de plan de cession d’une entreprise propre à la procédure de mandat ad ’hoc ou à la procédure de conciliation créée par l’ordonnance n°201...

COVID-19 - Le fonds de solidarité, l'actualisation par le décret du 22 février 2021

Publié le : 25/02/2021 25 février févr. 02 2021
Entreprises / Finances / Banque et finance
Coronavirus
Fonds de solidarité entreprises L'effort de la Nation auprès des entreprises ne se dément pas. Nous savons que dans la période extrêmement délicate que nous vivons les entrepreneurs, et plus particulièrement les entreprises de...

Grève : Une sanction fondée sur une faute autre que la faute lourde constitue un trouble manifestement illicite

Publié le : 30/03/2021 30 mars mars 03 2021
Entreprises / Ressources humaines / Discipline et licenciement
Avertissement Dans trois arrêts rendus le 10 février 2021 (Cassation sociale, 10 février 2021, n° 19-18.903, n° 19-18.904, n° 19-18.905), la Cour de Cassation a rappelé qu’« il appartient au juge des référés,...

Une faute contractuelle ouvre-t-elle droit à l'indemnisation d'un tiers au contrat ?

Publié le : 19/04/2021 19 avril avr. 04 2021
Entreprises / Marketing et ventes / Contrats commerciaux/ distribution
Contrat La Cour de cassation a répondu par l'affirmative. Par un arrêt du 13 janvier 2020 (pourvoi 17-19.963), l'assemblée plénière de la Cour de cassation a en effet jugé que "le tiers à un contrat peu...

Le gérant d’une SCI dont l’objet social est la propriété d’un bien peut-il décider seul de vendre ce bien ?

Publié le : 29/03/2021 29 mars mars 03 2021
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
SCI Un arrêt de la cour de cassation du 5 novembre 2020 énonce que dès lors que l'objet social de la SCI prévoit uniquement l'acquisition, la propriété, l'administration, la mise en location, la gest...

La saisie immobilière est-elle soluble dans le surendettement ?

Publié le : 01/04/2021 01 avril avr. 04 2021
Particuliers / Consommation / Procédures
Entreprises / Contentieux / Voies d'exécution
Surendettement Parmi les obstacles que le législateur a dressés sur la route du créancier poursuivant, le surendettement des particuliers constitue probablement le plus pénalisant. Il n’est cependant pas aus...
Arbitrage

Mon contrat contient une clause d’arbitrage : Dois-je paniquer ?

Publié le : 08/12/2020 08 décembre déc. 12 2020

Un contrat vous lie à un tiers, avec lequel un litige survient. En étudiant ce contrat, vous vous apercevez qu’il comporte dans les dernières pages une clause compromissoire. Il s’agit de la clause par laquelle les parties conviennent, en cas de survenance d’un contentieux, de régler le litige par la voie de l’arbitrage, alternative à la saisine des juridictions publiques. Le ou les arbitres sont donc choisis, indépendants, et ils tranchent le litige. Bien souvent, les parties ne portent pas leur attention au moment de la conclusion du contrat sur ces clauses dites « de litiges ». Et ce n’est que le moment venu qu’elles les découvrent. 

Pour autant, la présence de cette clause est-elle une mauvaise nouvelle ? Pas forcément.

Tout d’abord, il conviendra de se demander si cette clause est opposable :

Pour être valide, elle doit être rédigée de manière claire et permettre de savoir quelle a été la volonté réelle des parties. En effet, certaines clauses sont rédigées de manière tellement imprécise que l’on peut se demander si le rédacteur a voulu mettre en place une procédure d’arbitrage, ou de conciliation ou de médiation, qui sont des processus très différents.

De la même manière, un arbitrage ne sera pas possible si le conflit touche à une question de droit d’ordre public. En revanche, il n’est pas interdit de mettre en place un arbitrage entre un professionnel et un particulier. Il faut juste savoir que ce dernier pourra refuser de s’y soumettre.

Si la clause est valide, la juridiction publique qui serait éventuellement saisie par l’une des parties devra se déclarer incompétente. Donc, dans bon nombre de cas, on ne pourra pas la contourner.

Pour autant, il s’agit peut-être d’une opportunité et il ne faut pas laisser les préjugés prendre le dessus.

En effet, l’arbitrage présente les avantages de la confidentialité, de la rapidité et de permettre de s’adjoindre les services d’un arbitre spécialisé. Il est recommandé dans bon nombre de secteurs, et l’accélération des échanges économiques plaide incontestablement pour cette institution ancienne en pleine révolution.

Reste que l’argument souvent opposé est celui du coût, puisqu’à la différence de la juridiction étatique, le ou les arbitres sont rémunérés.

Toutefois, la marge de manœuvre des parties sera différente en fonction du contenu de la clause compromissoire. Celle-ci peut être extrêmement détaillée. Elle peut même prévoir des seuils de déclenchement en fonction du montant du litige. Elle peut également prévoir les modalités de désignation des arbitres. Souvent, chacune des parties désignera un arbitre, et les deux arbitres désigneront un troisième, chargé de présider l’instance. 

La clause peut également faire référence à une institution d’arbitrage, c’est-à-dire un centre, doté d’un règlement d’arbitrage, qui va être chargé d’organiser l’instance arbitrale, et notamment de proposer des arbitres. Aujourd’hui elles disposent en outre souvent de grilles tarifaires permettant d’anticiper le coût. Cependant, les institutions spécialisées traitent souvent de litiges avec des enjeux très importants (ce qui leur fait honneur), mais avec un coût d’arbitrage nécessairement proportionnel.

Si la clause ne fait pas référence à une institution d’arbitrage précise, les parties restent libres, soit de se rapprocher de tel ou tel centre, soit d’organiser librement le tribunal arbitral. On parle alors d’arbitrage « ad hoc », ce qui suppose, en l’absence de support logistique et administratif, que le ou les arbitres désignés (il peut s’agir d’un arbitre unique) soi(en)t relativement aguerri(s) en la matière, ou au moins que les conseils des parties le soient.

Pour autant, l’organisation de l’arbitrage pourra alors souffrir d’une inertie logistique qui nuira à l’exigence de rapidité initiale, la sentence devant être rendue dans un délai de six mois à compter du compromis d’arbitrage.

On note depuis quelques mois un intérêt croissant des acteurs de l’arbitrage pour la digitalisation (voir un article récent sur le sujet). Il est vrai que la souplesse de la procédure permet d’établir des conventions dans lesquels les parties acceptent de recourir à des moyens dématérialisés et modernes, comme l’utilisation d’espaces partagés ou la visioconférence, permettant de s’affranchir des contraintes logistiques et d’éloignement, même lorsqu’il y a plus de deux parties (voir la page dédiée du cabinet de l’auteur du présent article).

Pour aller plus loin, on voit aujourd’hui émerger de véritables plates-formes ayant largement automatisé le circuit de constitution du tribunal arbitral, puis l’instruction, sans aucune concession à la déontologie, mais pour une meilleure efficience et en faisant baisser le coût de manière drastique.

Tel est le cas par exemple de la plate-forme madecision.com mise en place par le réseau Eurojuris France qui permet de disposer d’un panel très large d’arbitres. Cette initiative a été saluée par la presse professionnelle comme Forbes France ou  B Smart et par les experts de l’innovation légale (voir la vidéo de test réalisée par Arthur Sauzé). On précisera que l’émergence de telles solutions est accompagnée par les pouvoirs publics avec la mise en place imminente d’un système de certification.

À cet égard, les rédacteurs des clauses pourront prévoir la référence à de telles plates-formes. Mais à défaut, les parties peuvent tout à fait convenir d’y avoir recours a posteriori, car elles peuvent au moins s’accorder sur l’intérêt commun d’obtenir une décision rapide, pertinente et confidentielle.

L’argument lié au coût ne sera alors plus un prétexte pour que les praticiens se saisissent d’une alternative permettant de répondre à un double besoin de confidentialité et de rapidité souvent exigées par les clients, notamment les entreprises.

L’arbitrage interne (par opposition à l’arbitrage international) est régi par les articles 1442 et suivants du Code de procédure civile. Il est vivement conseillé aux parties de se faire assister par un conseil, qui maîtrisera la procédure, et construira une argumentation juridique cohérente.


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

ENGLISH Benjamin
Avocat Associé
AVRIL&MARION, Avril&Marion
SAINT-BRIEUC (22)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK