S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

Comment réaliser une cession de fonds de commerce en période de crise sanitaire ?

Publié le : 07/05/2020 07 mai mai 05 2020
Entreprises / Vie de l'entreprise / Cession d'entreprise
Coronavirus
Cession fonds de commerce et crise sanitaire Il a été rappelé que l’article 2 de l’ordonnance du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette mêm...

L’abandon des loyers professionnels en période d’épidémie du coronavirus : quelles mesures en faveur des propriétaires ?

Publié le : 05/05/2020 05 mai mai 05 2020
Entreprises / Finances / Fiscalité
Coronavirus
Loyers et mesures en faveur des propriétaires Depuis le début de la crise du Coronavirus et de l’obligation de confinement qui s’en est suivie, les dirigeants d’entreprises qui ne pouvaient pas exercer leur activité ont réclamé un report vo...

Quels aménagements en matière de congés payés et temps de repos du salarié avec le covid-19 ?

Publié le : 21/04/2020 21 avril avr. 04 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Temps de travail
Coronavirus
Coronavirus et congés payés Au regard de la crise sanitaire qui touche l’ensemble du territoire français, des mesures de confinement de la population ont été prises afin de ralentir la propagation du virus. Afin de faire fa...

Nouveauté en matière de brevet français : Instauration d’une procédure d’opposition devant l’INPI

Publié le : 25/05/2020 25 mai mai 05 2020
Entreprises / Marketing et ventes / Marques et brevets
Brevet invention En matière de Propriété industrielle, les instigateurs de la loi PACTE[1] affichaient la volonté de :   Renforcer la valeur du brevet français, davantage sujet à des annulations que le breve...

Un associé d’une SCI a-t-il le pouvoir d’engager sa société pour reconnaître une dette et donner une garantie ?

Publié le : 25/05/2020 25 mai mai 05 2020
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
Droit des sociétés La cour de cassation dans un arrêt du 19 mars 2020 répond par l’affirmative, évoquant la théorie du mandat apparent. Quels étaient les faits ? La société civile immobilière R... (la SCI) a ét...

La Saga Tapie (suite et peut-être enfin … fin ?) Les démêlés d’un « sauveur d’entreprise » confronté désormais à une procédure de liquidation judiciaire

Publié le : 25/05/2020 25 mai mai 05 2020
Entreprises / Contentieux / Justice commerciale
Arbitrage Tapie Sixième partie : La réponse du Tribunal de commerce de Bobigny Dernier épisode en date du feuilleton qui se concentre désormais sur la procédure collective des sociétés TAPIE après que l’attention...
Coronavirus et droit des sociétés

Quelles sont les conséquences de l’épidémie de COVID 19 en droit des sociétés ?

Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 2020
Face au  risque de propagation du virus COVID 19, des adaptations temporaires ont été apportées par l’ordonnance n°2020-321 du 25 mars 2020 aux délais et aux modalités de réunion des assemblées générales d’un grand nombre de groupement, en particulier pour les sociétés civiles et commerciales.

Parmi les mesures intéressant les PME clôturant leurs comptes entre le 30 septembre 2019 et le 24 juin 2020 figurent, notamment :

 
  • la prorogation de trois mois du délai de présentation des comptes annuels par les organes de gestion aux associés. Toutefois cette prorogation ne s’applique pas aux sociétés ayant désigné un commissaire aux comptes lorsque celui-ci a émis son rapport sur les comptes annuels avant le 12 mars 2020 ;
 
  • la communication aux associés des documents présentés à l’assemblée générale d’approbation des comptes peut être réalisée par voie électronique ;
 
  • Si l’assemblée est convoquée en un lieu affecté à la date de la convocation ou à la date de la réunion par une mesure administrative limitant ou interdisant les rassemblements collectifs pour des motifs sanitaires, l’organe dirigeant peut décider que l’assemblée se tiendra sans que leurs membres ou les personnes telles que le commissaire aux comptes ou les représentants des instances représentatives du personnel assistent à l’assemblée ou peut utiliser la conférence téléphonique ou audiovisuelle ; ce type de mesure est sans incidence sur le droit de vote des associés, leur droit l’information le droit de poser des questions écrites ou de demander l’inscription à l’ordre du jour de questions dans les sociétés anonymes par exemple. 
 
  • le recours à la visio-conférence est facilité pour permettre la participation des membres aux assemblées, indépendamment des clauses statutaires qui pourraient en limiter l’emploi,
 
  • le recours à la consultation écrite pour les prises de décisions en assemblée est possible, y compris pour les assemblées statuant sur les comptes annuels.
 
 
Ces mesures sont temporaires et s’appliquent aux assemblées générales et aux réunions des organes collégiaux d’administration, de surveillance et de direction tenues à compter du 12 mars 2020 et jusqu’au 31 juillet 2020, sauf si ce délai venait à être prorogé jusqu’à une date ultérieure fixée par décret et au plus tard le 30 novembre 2020.
 

Enfin, l’ordonnance n°2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et l’adaptation des procédures pendant cette même période introduit un dispositif de report de terme et d’échéance susceptible d’avoir un impact non négligeable sur le déroulement d’un certain nombre d’opérations en droit des sociétés.

Sont concernés les délais arrivant à échéance entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire déclarée et le cas échéant prorogée.
 
En vertu de l’article 2 de cette ordonnance, les délais sont prorogés à compter de la fin de la période d’urgence sanitaire, pour la durée qui était légalement impartie, dans la limite de deux mois. Ainsi l’acte ou la formalité réalisé, dont le terme arrive à échéance pendant la période d’urgence sanitaire ne sera pas considéré comme tardif, s’il est réalisé dans le délai supplémentaire de deux mois imparti.
 
En pratique, sont concernées les oppositions formées par un créancier auprès du Tribunal de commerce concernant une société ayant entrepris depuis le 12 mars 2020, par exemple, une réduction de capital, une fusion –absorption, une dissolution de société par réunion de toutes les parts en une seule main.
 
L’application de ce délai supplémentaire rendra donc plus incertain la bonne fin d’un certain nombre d’opérations usuelles en matière de restructuration des sociétés, en retardant la possibilité pour les associés ou les dirigeants de constater la réalisation définitive des décisions adoptées avant le 12 mars 2020.
 
 
 
Cf. Ordonnance n° 2020-321 du 25 mars 2020 portant adaptation des règles de réunion et de délibération des assemblées et organes dirigeants des personnes morales et entités dépourvues de la personnalité morale de droit privé en raison de l’épidémie de COVID -19 JORF n°0074 du 26 mars 2020 texte n°47 ;
Ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période. JORF n°0074 du 26 mars 2020 texte n°8.
 

 
Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

Corinne PILLET
Avocat Associée
IFL-AVOCATS
PARIS (75)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.