S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

L'erreur sur la rentabilité du concept de franchise

Publié le : 07/09/2021 07 septembre sept. 09 2021
Entreprises / Vie de l'entreprise / Création de l'entreprise
Franchise La franchise est un concept commercial, mais également un format d’entreprise en plein essor, comme en témoigne l’éclosion de très beaux succès à l’international, comme dans l’Hexagone. L’essor d...

Précisions sur le point de départ du délai de prescription de l’action en paiement d’un prêt après le décès du débiteur !

Publié le : 03/11/2021 03 novembre nov. 11 2021
Particuliers / Famille / Successions
Entreprises / Finances / Banque et finance
Prêt bancaire et décès emprunteur La mort de l’emprunteur n’entraîne pas l’exigibilité automatique du capital restant dû. Seule la déchéance du terme peut entrainer cette exigibilité et conséquemment le point de départ de la pres...

Obligation vaccinale : quelles sanctions pour le salarié qui ne souhaite pas se faire vacciner ?

Publié le : 01/10/2021 01 octobre oct. 10 2021
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
Obligation vaccinale A qui s’impose l’obligation vaccinale ?  Face à la reprise de l’épidémie de Covid-19 et dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement, autorisé à légiférer rapidement, a instauré l’...

La garantie légale de conformité bientôt étendue aux contenus et services numériques

Publié le : 22/11/2021 22 novembre nov. 11 2021
Particuliers / Consommation / Informatique et Internet
Entreprises / Marketing et ventes / E-commerce
Garantie légale de conformité Afin de transposer deux directives européennes du 20 mai 2019, une nouvelle ordonnance n° 2021-1247 du 29 septembre 2021 relative à la garantie légale de conformité pour les biens, les contenus n...

Clarification salutaire sur l'exercice du droit de préférence du preneur à bail commercial

Publié le : 09/12/2021 09 décembre déc. 12 2021
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
Bail commercial Il résulte des dispositions de l’article L 145-46-1 du Code de commerce que le propriétaire d’un local à usage commercial qui souhaite le vendre doit notifier au locataire occupant le prix et les...

Le silence du créancier et la modification substantielle du plan

Publié le : 20/10/2021 20 octobre oct. 10 2021
Entreprises / Contentieux / Voies d'exécution
Plan de redressement Pour rappel, l’article L626-26 du code de commerce permet la modification du plan de sauvegarde ou de redressement. Cette dernière s’effectue à l’initiative du débiteur ou du commissaire à l’exéc...
Compétence du JEX

La demande indemnitaire du saisi est-elle de la compétence du juge de l’exécution ?

Publié le : 11/06/2021 11 juin juin 06 2021

La demande indemnitaire du saisi n’étant pas une contestation de la mesure d’exécution n’est pas de la compétence du juge de l’exécution.

Cass. Civ. 2, 15 avril 2021 (19-20281)

A l’issue d’une longue procédure, ayant commencé par une action paulienne déclarée fondée en réintégration d’un immeuble apporté par une caution personne physique à une SCI, et émaillée du sort divers de demandes indemnitaires fondées sur le contrat de cautionnement écartées, le créancier pratique une saisie immobilière jugée au final non prescrite et, dans ce cadre, la caution fait une nouvelle demande indemnitaire rejetée par la Cour d’appel comme n’étant pas du pouvoir juridictionnel du juge de l’exécution.

Cette demande ayant pour objet de faire reconnaitre des manquements de la banque aux devoirs d’information et de mise en garde, un dol de celle-ci et une disproportion des revenus et patrimoine de la caution avec son engagement est rejetée par les juridictions de fond soit pour prescription soit pour irrecevabilité (arrêts partiellement cassés). 

Sur pourvoi la Cour de cassation déclare le juge de l’exécution dépourvu de pouvoir juridictionnel pour accueillir une demande de condamnation contre la banque et rejette le pourvoi.

Au plan procédural elle juge que cette demande reconventionnelle est une fin de non-recevoir recevable en tout état de cause.

Au plan du pouvoir du juge elle rappelle que la contestation ne se rapportait pas à la procédure de saisie immobilière ou à une demande s’y rapportant puisque la demanderesse ne contestait pas la saisie elle-même.

Sont en cause les pouvoirs du juge de l’exécution que le Code de l’Organisation Judiciaire (COJ) lui attribue depuis la réforme de 2006 pour supprimer les flottements antérieurs et l’interprétation minutieuse que la jurisprudence en fait depuis lors.

I – Les textes :

L’article L. 213-6 du COJ est ainsi rédigé : alinéa 1 :« Le juge de l'exécution connaît, de manière exclusive, des difficultés relatives aux titres exécutoires et des contestations qui s'élèvent à l'occasion de l'exécution forcée, même si elles portent sur le fond du droit, à moins qu'elles n'échappent à la compétence des juridictions de l'ordre judiciaire. » Alinéa 3 : « Le juge de l'exécution connaît, sous la même réserve, de la procédure de saisie immobilière, des contestations qui s'élèvent à l'occasion de celle-ci et des demandes nées de cette procédure ou s'y rapportant directement, même si elles portent sur le fond du droit, ainsi que de la procédure de distribution qui en découle. » et alinéa 4 : «  Il connaît, sous la même réserve, des demandes en réparation fondées sur l'exécution ou l'inexécution dommageables des mesures d'exécution forcée ou des mesures conservatoires. »

L’article L. 121-1 du Code des procédures civiles d’exécution (CPCE) renvoie seulement à l’article précité : « Le juge de l'exécution connaît de l'application des dispositions du présent code dans les conditions prévues par l'article L. 213-6 du code de l'organisation judiciaire. »

L’article R.121-1 du CPCE premier alinéa insiste : « En matière de compétence d'attribution, tout juge autre que le juge de l'exécution doit relever d'office son incompétence. »

Donc deux principes : le juge est exclusivement compétent pour toutes les contestations relatives au titre exécutoire et à la mesure d’exécution ou pour toute demande en réparation pour exécution ou inexécution dommageable d’une mesure d’exécution ou conservatoire d’une part, et même si elles portent sur le fond du droit d’autre part, sauf si elles ne relèvent pas d’une juridiction de l’ordre judiciaire.
 

II – L’interprétation jurisprudentielle :

La compétence du JEX dévoyée en pouvoir juridictionnel pour en faire une fin de non-recevoir (expression employée par Jean-Denis Pellier commentant le même arrêt au Dalloz Actu du 7 mai 2021) pouvant être soulevée à tout moment a dû être peaufinée en jurisprudence.

D’abord quant à la notion de fond puis quant au rattachement à l’exécution et au titre lui servant de fondement sans omettre les demandes reconventionnelles en restitution ou indemnitaires.

Pour ce qui est du titre le JEX peut statuer sur la nullité de l’acte notarié fondant une saisie (Civ. 1°, 9 avril 2015, n° 145-13261) mais pas sur l’annulation d’une décision de justice (C. 2°, 28 septembre 2017, n° 15-26640). Mais il peut proroger la validité d’une ordonnance du juge-commissaire ayant ordonné la vente d’un immeuble dépendant d’une liquidation judiciaire ou en constater la péremption (Cass. com. Avis, 18 avril 2018, n° 70-17005). 

La nécessité que les difficultés soient relatives au titre exécutoire est affirmée (Civ. 2°, 25 mars 2021, n° 19-25156, Dalloz Actu, 13 avril 2021, note F. Kieffer) ; ou qu’elles soient relatives à la mesure d’exécution ou à l’inexécution (Civ. 2°, 19 novembre 2020, n° 19-20700, voir commentaire Anne-Isabelle Gregori dans Revue Pratique du Recouvrement n° 2, févr. 2021, pages 11 et 12).

Les demandes du débiteur : le Juge de l’exécution peut ordonner la restitution des sommes versées au titre de l’exécution forcée alors qu’elles n’étaient pas dues (Civ. 2°, 27 février 2020, N° 18-25382, note F. Kieffer, Dalloz Actu, 23 avril 2020) ; la répétition de l’indu avait déjà été jugée de la compétence du juge de l’exécution (Civ. 2°, 19 décembre 2002, n° 00-20774). 

La clause pénale peut être réduite par le juge de l’exécution (Civ. 2°, 5 juin 2014, n° 13-16053) ; il peut désormais statuer sur la demande de disproportion de la caution (Civ. 2°, 14 janvier 2020, n° 19-18884), ce qui lui avait été refusé (Civ. 2°, 3 décembre 2015, n° 13-28177) au profit du juge du fond.

Aucune demande en dommages-intérêts reconventionnelle du débiteur n’est recevable car le juge de l’exécution ne peut délivrer de titre exécutoire depuis l’arrêt de principe (Civ. 2°, 25 septembre 2014, n° 13-20561) sauf cas prévu par la loi (astreinte) ; arrêt confirmé depuis (Civ. 2°, 22 juin 2017, n° 15-24385 et 23 juin 2016, n° 15-12113 et enfin celui commenté - dans lequel la demande de disproportion diluée est aussi rejetée notons-le).

Enfin, pour ne rien évacuer, les instances parallèles au fond : le juge de l’exécution ne doit pas en tenir compte si elles sont du domaine des incidents de saisie. Et la juridiction de fond doit déclarer irrecevable la demande formée devant elle ressortant du pouvoir du Juge de l’exécution (Civ. 2°, 1er décembre 2016, n° 14-27169).
En conclusion la rédaction de l’article L. 213-6 du Code de l’Organisation Judiciaire semblait nouvelle, intéressante et limpide mais se révèle en fait source de foultitude d’arrêts destinés à en préciser les termes, vu l’avalanche de demandes des débiteurs qui font du JUEX un fourre-tout.



Cet article n'engage que son auteur.

 

Auteur

PROVANSAL Alain
Avocat Honoraire
PROVANSAL AVOCATS ASSOCIES
MARSEILLE (13)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK