S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

Comment réaliser une cession de fonds de commerce en période de crise sanitaire ?

Publié le : 07/05/2020 07 mai mai 05 2020
Entreprises / Vie de l'entreprise / Cession d'entreprise
Coronavirus
Cession fonds de commerce et crise sanitaire Il a été rappelé que l’article 2 de l’ordonnance du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette mêm...

Quels sont les critères fiscaux pour qualifier une activité de marchand de biens ?

Publié le : 03/08/2020 03 août août 08 2020
Entreprises / Finances / Fiscalité
Fiscalité La Cour d’appel de Douai dans un arrêt du 18 juin 2020 rappelle que deux conditions sont nécessaires pour qualifier une activité de marchands de biens ; il faut que les opérations présentent un...

Les conséquences du chômage partiel sur les congés, sur le salaire, sur le contrat de travail ...Quelles particularités avec le covid-19 ?

Publié le : 02/09/2020 02 septembre sept. 09 2020
Particuliers / Emploi / Contrat de travail
Entreprises / Ressources humaines / Contrat de travail
Coronavirus
Chômage partiel Le chômage partiel ou activité partielle est la situation dans laquelle se trouvent des salariés « qui, tout en restant liés à leur employeur par un contrat de travail, subissent une perte de sal...

Mandat obligatoire même entre professionnels de l’immobilier

Publié le : 09/09/2020 09 septembre sept. 09 2020
Entreprises / Marketing et ventes / Contrats commerciaux/ distribution
Agent immobilier La Cour de Cassation, dans son arrêt du 1er juillet 2020 (Cass.1ère, N°de pourvoi :19-15009) rappelle le strict respect du formalisme de la loi Hoguet, même à l’égard d’un professionnel de l’immo...

IRP : délais de consultation du comité social et économique (CSE)

Publié le : 29/09/2020 29 septembre sept. 09 2020
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Communication et vie sociale
Consultation CSE Par un arrêt du 8 juillet 2020 (Cass. soc. 8-7-2020 n° 19-10.987 FS-PBI, Sté Lur Berri c/ Sté Syndex), la chambre sociale de la Cour de cassation juge que le comité d'entreprise (CE) et l’employe...

L’immeuble non encore vendu constitue-t-il un actif disponible ?

Publié le : 31/08/2020 31 août août 08 2020
Entreprises / Contentieux / Procédures collectives / Liquidation
Liquidation judiciaire C’est l’ordonnance du 18 décembre 2008, dans son article 74 qui précise la notion d’état de cessation de paiements.  Ainsi, l’article L631-1 du code de commerce dispose :  « Il est institué une p...
Impact coronavirus délais procédures d'exécution

Covid-19 : quel impact sur les délais de procédure civile et des voies d'exécution, et notamment sur la saisie immobilière ?

Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 03 2020

Depuis la publication du Décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19 les professionnels du droit et notamment les huissiers et avocats très étaient inquiets quant au respect des délais de procédure et l’impact sur les voies d’exécution.
Les ordonnances rendues le 25 mars 2020 viennent heureusement apporter des réponses à leurs interrogations.

L’article 1 de l’ordonnance 2020-306 pose le principe de la prorogation des délais qui ont expiré ou qui expirent entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire.

A ce jour (27/03/2020) le texte voté par le Parlement le 22 mars 2020 sur la situation sanitaire actuelle prévoit que l’état d’urgence entre en vigueur pour une durée de deux mois sur l’ensemble du territoire national à compter de la publication de la loi.

La loi ayant été publiée le 24 mars 2020, l’état d’urgence se termine donc le 24 mai 2020 : l’ordonnance vise donc les délais qui arrivent à échéance entre le 12 mars 2020 et le 24 juin 2020.
Ainsi, des délais dont le terme est échu avant le 12 mars 2020 ne sont pas reportés.

De même, les délais dont le terme est fixé au-delà du mois suivant la date de la cessation de l’état d’urgence sanitaire (pour l’heure actuelle, après le 24 juin 2020) ne sont ni suspendus, ni prorogés.

L’article 2 de l’ordonnance 2020-306 précise que tout acte, recours, action en justice, formalité, inscription, déclaration, notification ou publication prescrit par la loi ou le règlement à peine de nullité, sanction, caducité, forclusion, prescription, inopposabilité, irrecevabilité, péremption, désistement d’office, application d’un régime particulier, non avenu ou déchéance d’un droit quelconque et qui aurait dû être accompli pendant la période mentionnée à l’article 1er sera réputé avoir été fait à temps s’il a été effectué dans un délai qui ne peut excéder, à compter de la fin de cette période, le délai légalement imparti pour agir, dans la limite de deux mois.

A titre d’exemple, et en retenant la date de fin de l’Etat d’urgence au 24 mai 2020, la déclaration d’appel d’un jugement qui aurait dû être faite avant le 17 mars 2020, c’est-à-dire pendant la période d’état d’urgence, sera réputée avoir été faite à temps s’il elle a été effectuée avant le 24 juin 2020 (24 mai + 1 mois).

De même, toujours à titre d’exemple, si le délai de deux mois pour enrôler l’assignation sous peine de caducité devait expirer pendant la période d’état d’urgence (article 754 du code de procédure civile), la remise de l’assignation sera réputée avoir été faite à temps s’il elle a été effectuée avant le 24 juillet 2020 (24 mai + 2 mois).

En revanche, l’appel qui devra être effectué au plus tard le 28 juin 2020, c’est-à-dire plus d’un mois après l’expiration de l’état d’urgence sanitaire, n’est pas concerné par la prorogation des délais prévue à l’article 1 et doit donc être réalisé avant cette date, sous peine de la sanction prévue par les textes (nullité, sanction, caducité, forclusion, prescription, inopposabilité, irrecevabilité, péremption).

L’ordonnance n° 2020-304 prévoit que les dispositions de l’article 2 de l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 susvisée sont applicables aux procédures devant les juridictions de l’ordre judiciaire statuant en matière non pénale (article 2 de l’ordonnance n°2020-304).

Cependant, ce même article prévoit une dérogation pour les délais mentionnés aux articles L. 311-1 à L. 322-14 et R. 311-1 à R. 322-72 du code des procédures civiles d’exécution, qui correspondent aux délais relatifs à la saisie immobilière, à l’exclusion des dispositions concernant la procédure de distribution du prix.

Ainsi, tous les délais relatifs aux dossiers de saisies immobilières ( et ils sont pléthores !) qui devaient expirer entre le 12 mars et un mois après la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire, seront suspendus pendant cette période.

Il importe de rappeler que la suspension d’un délai en arrête temporairement le cours sans effacer le délai déjà couru.
A titre d’exemple, et en supposant, toujours pour les besoins du raisonnement, que la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire sera fixée au 24 mai 2020, le délai de deux mois de publication d’un commandement de saisie immobilière, qui devait expirer le 20 mars 2020 , donc pendant la période d’Etat d’urgence, sera suspendu, du 12 mars au 20 mars, soit 8 jours et ce délai devra être reporté à la fin de la période, pour expirer donc le 2 juillet 2020 (24 mai+ un mois +8  jours).

La suspension ne concerne cependant pas les délais relatifs aux procédures de distribution, qui eux sont, contrairement au « droit commun » de l’ordonnance 2020-306, simplement prorogés (sans que l’on connaisse d’ailleurs le motif de cette distinction…).

Ainsi, à titre d’exemple, si le délai d’un mois prévu à peine d’irrecevabilité par l’article R.332-6 du code des procédures civiles d’exécution pour déposer auprès du JEX la requête aux fins d’homologation du projet de distribution devait expirer le 20 mars 2020, c’est-à-dire, pendant la période d’état d’urgence, il sera prorogé au 24 juillet 2020 (24 mai+ 1 mois+1 mois de l’article R.332-6).


Cet article n'engage que son auteur.
 

Auteur

BACLE Florent
Avocat
DROUINEAU 1927 - Poitiers, DROUINEAU 1927 - La-Roche-Sur-Yon
POITIERS (86)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.