S'inscrire à la newsletter

Espace Entreprises

Le Réseau EUROJURIS FRANCE au service des entreprises.

Vous avez besoin d'un avocat pour votre entreprise ? Pour les PME et TPE, la prestation des Avocats EUROJURIS FRANCE se caractérise par :
  • Une prestation de qualité, garantie par une formation continue pointue et un échange de savoir-faire entre spécialistes du Réseau ;
  • La garantie du traitement de tous types de besoins, via le Réseau français et européen ;
  • La connaissance du tissu régional ; La connaissance du secteur d’activités du Client ;
  • La qualité de l’organisation interne ; Des outils et méthodes modernes ;
  • La transparence des honoraires ; Une grande réactivité et de la disponibilité ;
  • La proximité et la qualité du relationnel ; L’innovation et l’adaptation aux besoins.

Pour les litiges hors frontières, EUROJURIS International.
 

Comment restructurer ou reprendre une entreprise en difficultés ?

Publié le : 22/03/2021 22 mars mars 03 2021
Entreprises / Vie de l'entreprise / Cession d'entreprise
Coronavirus
Reprendre une entreprise en difficultés Le prepack- cession Le prepack cession est une modalité de plan de cession d’une entreprise propre à la procédure de mandat ad ’hoc ou à la procédure de conciliation créée par l’ordonnance n°201...

COVID-19 - Le fonds de solidarité, l'actualisation par le décret du 22 février 2021

Publié le : 25/02/2021 25 février févr. 02 2021
Entreprises / Finances / Banque et finance
Coronavirus
Fonds de solidarité entreprises L'effort de la Nation auprès des entreprises ne se dément pas. Nous savons que dans la période extrêmement délicate que nous vivons les entrepreneurs, et plus particulièrement les entreprises de...

Grève : Une sanction fondée sur une faute autre que la faute lourde constitue un trouble manifestement illicite

Publié le : 30/03/2021 30 mars mars 03 2021
Entreprises / Ressources humaines / Discipline et licenciement
Avertissement Dans trois arrêts rendus le 10 février 2021 (Cassation sociale, 10 février 2021, n° 19-18.903, n° 19-18.904, n° 19-18.905), la Cour de Cassation a rappelé qu’« il appartient au juge des référés,...

Validité ou nullité du mandat d’agent sportif conclu par échanges d’e-mails ?

Publié le : 24/02/2021 24 février févr. 02 2021
Entreprises / Marketing et ventes / Contrats commerciaux/ distribution
Football et agent sportif Par un arrêt du 7 octobre 2020, la Cour de cassation a statué à nouveau sur un litige opposant un club de football français de ligue 1, l’AS SAINT ETIENNE, et un agent. La question restait de sav...

Le gérant d’une SCI dont l’objet social est la propriété d’un bien peut-il décider seul de vendre ce bien ?

Publié le : 29/03/2021 29 mars mars 03 2021
Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
SCI Un arrêt de la cour de cassation du 5 novembre 2020 énonce que dès lors que l'objet social de la SCI prévoit uniquement l'acquisition, la propriété, l'administration, la mise en location, la gest...

La saisie immobilière est-elle soluble dans le surendettement ?

Publié le : 01/04/2021 01 avril avr. 04 2021
Particuliers / Consommation / Procédures
Entreprises / Contentieux / Voies d'exécution
Surendettement Parmi les obstacles que le législateur a dressés sur la route du créancier poursuivant, le surendettement des particuliers constitue probablement le plus pénalisant. Il n’est cependant pas aus...
Affaire Tapie 2019 pénal

Affaire Tapie (5) : Mais que penser de la décision de relaxe ?

Publié le : 16/07/2019 16 juillet juil. 07 2019

Lire les articles précédents : 

Le rideau est tombé sur le premier acte (le dernier ?) du volet pénal de l’affaire Tapie avec le jugement de relaxe prononcé le 9 juillet par la 11ème Chambre du Tribunal correctionnel de Paris, dont le procès, il faut le rappeler, s’est déroulé du 11 mars au 4 avril 2019[1].
 

Introduction :

Ce procès très largement médiatisé a rappelé, en raison de son retentissement et de ses rebondissements, l’ambiance des grands procès d’antan dont on avait un peu perdu la mémoire, procès qui tenaient davantage du spectacle ou du théâtre que d’une froide rigueur juridique.
 
On peut d’ailleurs dire que ce procès était celui « qui ne devait pas avoir lieu » du moins si le (trop) fameux arbitrage n’avait pas été annulé in extremis dans des conditions procédurales « acrobatiques » (un procès en révision…).
 
L’accusation s’était donc félicitée de sa tenue mais le jugement de relaxe qui vient d’être rendu a douché sérieusement cet enthousiasme et, depuis, le Parquet s’est tenu dans un silence que l’on pourrait qualifier de « glaçant ». A tel point qu’aujourd’hui encore, on ne sait si le Parquet fera appel de cette décision alors qu’il le fait presque toujours lorsque des prévenus, contre lesquels il a requis de lourdes charges, ont été relaxés.
 
Sans doute, ce silence embarrassant s’explique-t-il par l’absence d’instruction claire de sa hiérarchie : précisément, la hiérarchie ne peut donner d’instruction dans un procès précis, ce pourquoi l’intervention du garde des sceaux est très choquante, la garde des Sceaux étant intervenue elle-même à la surprise générale pour déclarer que cette appel « ne serait pas forcément logique »[2]. Cette position ajoute une certaine confusion dans cette affaire qui n’en avait pas besoin[3].
A l’inverse cette décision de relaxe a été saluée par la défense avec un bruit assourdissant et même un peu dérangeant car presque dépourvu de toute contradiction.
 
Bien sûr, il est parfaitement normal pour une défense, qui a consacré beaucoup d’énergie et de talent pour parvenir à ce résultat, d’exprimer avec éclat ce succès formidable qui semble même l’avoir un peu surpris…
 
Cependant, saluer « l’indépendance » et « le courage » des magistrats qui ont rendu la décision apparaît un peu excessif d’autant que la défense a ajouté que ces magistrats avaient statué en droit.
 
Les magistrats du Tribunal correctionnel de Paris avaient-ils un autre choix ? Les magistrats qui ont rendu les décisions précédentes s’étaient-ils écartés du droit ?
 
Il est donc difficile, du moins à travers de telles postures, de se faire une idée concrète sur la solidité de ce jugement.
 
Certes un procès, de surcroît pénal, ne doit jamais être fait pour l’exemple, mais pour établir une éventuelle culpabilité. Sur ce plan, il est vrai qu’on reste un peu sur sa faim car l’audience non seulement n’avait pas été décisive mais n’avait pas apporté de grande nouveauté à ce que l’on savait déjà.
 
Toutefois, le dossier d’instruction était très complet et les preuves de la commission des infractions apparaissaient déjà réunies avant même son ouverture.
 
C’est du moins ce qu’a soutenu l’accusation en s’appuyant sur les décisions qui avaient rétracté la décision d’arbitrage en dénonçant une fraude masquée par un simulacre d’arbitrage.
 
Cette présentation a été, sans surprise, dénoncée par la défense qui a stigmatisé la position de l’accusation en la qualifiant de thèse « complotiste »… Mais en définitive c’est bien elle qui a été entendue.
 
La lecture de cette longue décision (plus de deux cents quarante pages) laisse toutefois le commentateur dubitatif et même insatisfait.
 
Un examen de cette décision requiert donc une attention particulière mais à première vue on peut émettre plusieurs réserves et même des critiques assez évidentes, qui n’ont pas manqué d’être déjà soulignées, le premier moment de surprise passé.
 
La première porte sur le choix fait par le Tribunal de ne retenir que l’infraction d’escroquerie alors que les réquisitions du Parquet offraient plusieurs choix d’infractions et notamment celle de détournement de fonds publics.
 
On pourrait même voir dans ce choix un moyen d’affaiblir l’accusation, car les commentateurs les plus avertis avaient déjà souligné que la démonstration de manœuvres frauduleuses par le Parquet serait le point le plus délicat du dossier.
Par ailleurs, la motivation du jugement destinée à justifier ce choix n’apparaît pas elle-même à l’abri de toute critique car elle semble élargir le principe non bis in idem pour justifier l’unité de qualification. Ce point plus technique sera développé ultérieurement.
 
Mais même sur le seul terrain de l’escroquerie, le jugement de relaxe peine à convaincre, du moins pour les prévenus les plus en vue car il contredit les précédentes décisions rendues pour invalider ce fameux arbitrage.
 
Pour tenter de développer une analyse un peu plus consistante, il est nécessaire d’entrer dans ce procès tentaculaire et d’en retracer le cours au travers des informations, des pièces, des actes de procédure, ou encore des commentaires qui ont été relatés ou évoqués dans les revues juridiques les plus sérieuses et dans la presse[4].
 
Pour tenter de donner à cet exercice une présentation plus académique, on tentera donc de refaire une relation de l’audience au travers de ses personnages et de ses acteurs, selon ce qu’ils ont dit ou n’ont pas dit, ou que le dossier révèle.
 
Puis, on prolongera cette relation en confrontant les réponses apportées par le Tribunal pour justifier sa décision de relaxe.
 
Dans le souci de rendre la lecture de ce texte (sans doute trop long) plus attractive et plus divertissante, on développera le propos au travers de quelques réflexions impertinentes, qui ne sont donc pas par nature objectives (I).
 
Ensuite on cherchera à savoir, au travers d’une discussion juridique plus technique et plus rigoureuse, si la motivation du jugement appelle à des réserves ou même de sérieuses critiques (II).
 
Enfin on donnera une impression générale sur ce dossier qui a un fort parfum de IIIème République (III).

 
 

>> Lire la suite de cet article ici <<



Cet article n'engage que ses auteurs.
 

[1] Prévu à l’origine jusqu’au 5 avril 2019, il s’est donc terminé avec un jour d’avance sans doute en raison des nombreuses absences, notamment des témoins.
[2] Intervention sur France 2 le mercredi 10 juillet 2019 et diverses radios.
[3] Le suspense sera de courte durée puisque l’appel du Parquet doit être formé à peine d’irrecevabilité dans les 10 jours.
[4] Thomas Clays, « Au tapis ! », éd. Dalloz, 26 fév. 2015 ; Cette relation est apparue dans de très nombreux journaux et revues qui seront cités ci-après mais également sur Mediapart qui a publié en pièce jointe à ses nombreux articles le réquisitoire du parquet (203 pages) et l’ordonnance de renvoi (303 pages) et la revue Dalloz lui a aussi consacré plusieurs autres articles.

Auteurs

Matthieu BOTTIN
Avocat
NEVEU, CHARLES & ASSOCIES
NICE (06)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur
NEVEU Pascal
Avocat Honoraire
NEVEU, CHARLES & ASSOCIES
NICE (06)
Voir l'auteur Contacter l'auteur Tous les articles de l'auteur Site de l'auteur

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.