S'inscrire à la newsletter

Famille

Une famille désigne, au sens propre, une institution qui regroupe dans les sociétés humaines des personnes ayant un lien de parenté ou d'alliance.

La notion de famille a évolué : aujourd'hui une famille ne prend pas nécessairement son origine dans le mariage (union libre), elle peut réunir des gens de même sexe ou des recompositions de famille.

Le droit est là pour encadrer ces évolutions.
Et, dès qu'il y a une crise dans la famille, le droit de la famille intervient abondamment.

Nos avocats spécialisés en droit de la famille vous aideront à traverser ces périodes de crise :

Par exemple, vous ne vous entendez plus avec votre époux et vous voudriez savoir comment entamer une procédure de divorce et combien cela va vous coûter ?
Ou encore vous voulez savoir quels sont les droits du conjoint survivant sur le logement familial ?

Mais, l’avocat en droit de la famille n’intervient pas qu’en cas de crise :
Voici quelques exemples de cas pour lesquels vous pouvez être amenés à consulter un avocat spécialisé en droit de la famille:

Vous voulez faire une donation à l’un de vos enfants mais ne savez pas quelles sont les règles à respecter ?
Vous êtes prévoyant et voulez faire votre testament, mais vous ne connaissez pas les règles de validité d’un testament ?
Vous allez vous marier et désirez avoir des renseignements sur les différents régimes matrimoniaux?
Vous allez avoir un enfant et voulez savoir si vous êtes obligés de lui donner le nom de famille de votre mari ?

Autant de questions qui pourraient nécessiter l’intervention d’un avocat en droit de la famille.
L’avocat n’intervient pas en effet que lors d’un litige. Il est également là pour vous donner des conseils.

Trouver un avocat en droit de la famille

Vous retrouverez dans notre rubrique Famille les thèmes suivants : 
Enfants
Divorces
Successions
Mariage/ PACS/ Concubinage/ Vie civile

Cette rubrique traite donc entre autre de tout ce qui touche à la filiation, aux droits des enfants, à l’autorité parentale, au mariage, au PACS, au concubinage, à la séparation, aux règles de dévolution de la succession, au nom…

 

Liquidation judiciaire et divorce du débiteur : le liquidateur doit contester la prestation compensatoire par voie de tierce opposition au jugement de divorce

Publié le : 03/01/2022 03 janvier janv. 01 2022
Particuliers / Famille / Divorces
En l’espèce, deux époux mariés sous le régime de la séparation de biens ont acquis en indivision un immeuble. L’un des époux a fait l’objet d’une procédure de liquidation judiciaire et, par la suite, a divorcé. Or, le jugement de divorce a accordé à l’ex-épouse une prestation compensatoire en...

L'allongement du congé paternité : quels sont les changements depuis le 1er juillet 2021 ?

Publié le : 02/07/2021 02 juillet juil. 07 2021
Particuliers / Famille / Enfants
  Depuis le 1er juillet 2021, les heureux papas bénéficient d’un congé paternité allongé de 14 jours supplémentaires. Le congé paternité se découpe désormais ainsi en plusieurs parties : D’abord, un premier congé de 3 jours ouvrables, obligatoire, et payé par l’employeur ; Aussitô...

Vieillir chez soi : Le droit au maintien à domicile de la personne âgée

Publié le : 05/07/2021 05 juillet juil. 07 2021
Particuliers / Famille / Mariage / PACS / Concubinage / Vie civile
Dans son rapport sur les droits fondamentaux des personnes âgées accueillies en EHPAD, en 2021, le Défenseur des droits a rappelé l’importance du libre choix du lieu de résidence des personnes âgées en perte d’autonomie. Les personnes âgées en perte d’autonomie doivent avoir la possibilité d...

Précisions sur le point de départ du délai de prescription de l’action en paiement d’un prêt après le décès du débiteur !

Publié le : 03/11/2021 03 novembre nov. 11 2021
Particuliers / Famille / Successions
Entreprises / Finances / Banque et finance
La mort de l’emprunteur n’entraîne pas l’exigibilité automatique du capital restant dû. Seule la déchéance du terme peut entrainer cette exigibilité et conséquemment le point de départ de la prescription. En l’espèce, par acte authentique du 31 octobre 2006, une banque a consenti deux prêts...
Le sort du logement familial en cas de divorce

Le sort du logement familial en cas de divorce

Publié le : 16/05/2011 16 mai mai 05 2011

En cas de divorce, le logement familial connait un sort différent selon qu’il est la propriété des deux époux, la propriété d’un seul ou encore qu’il est un bien loué par les deux époux.

Logement familial et divorce

Le logement de la famille est le local choisi d’un commun accord par les deux époux, et sert effectivement de résidence principale à ces derniers, à leurs enfants, avec les meubles meublant les garnissant.

Parce qu’il constitue un lieu « essentiel à la vie, la sécurité et la cohésion de la famille » il fait l’objet d’une protection toute particulière de la part du législateur.

Ce statut protecteur est d’autant plus renforcé en période de crise du couple et notamment en cas de divorce.

En cas de divorce, le logement familial connait un sort différent selon qu’il est la propriété des deux époux, la propriété d’un seul ou encore qu’il est un bien loué par les deux époux.


1. Sort du logement propriété des deux époux :

1.1 Il est toujours préférable que les époux recherchent un accord pour régler le sort de la résidence de la famille.

Ils peuvent en cours de procédure ou après le divorce décider de conserver le bien :
- soit en l’attribuant à l’un d’entre eux moyennant le versement d’une soulte,
- soit en le maintenant dans l’indivision, au moins temporairement, pour vendre le bien à terme ou permettre aux enfants de conserver pendant quelques années leur cadre de vie ; une convention d’indivision aménageant les modalités de ce maintien est alors conseillée.

Ils peuvent également décider la mise en vente immédiate du bien, et le Notaire chargé de recevoir l’acte de vente devra alors, s’agissant du logement de la famille, s’assurer tout particulièrement de la réalité du consentement des deux époux ; par ailleurs le produit de la vente ne pourra être distribué par le Notaire que du consentement des deux époux, selon les modalités de répartition convenues entre eux;

A noter qu’en cas de divorce par consentement mutuel la distribution du prix de vente doit coïncider avec le règlement du régime matrimonial, et la convention fera l’objet d’un acte notarié.

Si les époux sont en désaccord sur les modalités de répartition du prix de vente, le Notaire sera tenu de consigner le produit de la vente jusqu’au règlement définitif du régime matrimonial.


1.2 Si les époux sont en désaccord sur le sort du logement familial, il appartiendra alors au juge de trancher.

L’un des époux peut demander au juge l’attribution préférentielle du bien, sous réserve qu’il y habite effectivement au moment de l’ordonnance de non conciliation, cette exigence n’étant toutefois pas requise lorsqu’il a été contraint de fuir le domicile conjugal du fait des violences de son conjoint.

Le juge peut également autoriser au moment du prononcé du divorce le maintien du logement familial dans l’indivision, pour cinq années au maximum sauf à être renouvelée en présence d’enfant mineurs jusqu’à la majorité du plus jeune d’entre eux. Le maintien judiciaire dans l’indivision est une mesure plus exceptionnelle puisqu’elle fait obstacle au partage.

Enfin le juge du divorce peut décider d’attribuer le logement familial à l’un des époux :
- au titre de la prestation compensatoire ; le logement peut alors être attribué non seulement en pleine propriété mais encore sous forme d’un droit d’usufruit ou sous forme de droit d’usage et d’habitation, à titre temporaire ou viager.
- en exécution de l’obligation de l’autre conjoint de son obligation alimentaire vis-à-vis des enfants, l’attribution prenant la forme d’un abandon en usufruit du logement familial au bénéfice de l’époux qui réside avec les enfants.


2. Sort du logement familial, propriété de l’un des époux.

Une fois le divorce prononcé l’époux propriétaire reprend librement la jouissance et la disposition de son bien, même si celui a été pendant la procédure de divorce attribué en jouissance à son conjoint.

Toutefois dans le souci de protéger le conjoint non propriétaire mais qui conserve à titre principal la charge des enfants, la loi permet au juge de prendre des mesures exceptionnelles portant atteinte à la propriété privée, en attribuant au conjoint non propriétaire le bien à titre de prestation compensatoire, ou encore en lui permettant de bénéficier sur celui ci d’un bail forcé, dont la durée sera fixée par le juge, et qui sera éventuellement renouvelé jusqu’à la majorité du plus jeune des enfants, le bail étant résiliable à tout moment par le juge si des circonstances nouvelles le justifient (exemple : non paiement des loyers, modification de la résidence des enfants, remariage de l’époux bénéficiaire du bail, etc..).


3. Sort du logement familial, bien en location

Pendant le mariage, le droit au bail du local, sans caractère professionnel ou commercial, qui sert effectivement à l’habitation des deux époux, est quel que soit leur régime matrimonial, et nonobstant toute convention contraire, même s’il a été conclu par l’un d’entre eux avant le mariage, réputé appartenir aux deux époux. (article 1751 du code civil)

Outre la solidarité des dettes de loyers, il résulte de ce principe que le congé adressé par l’un des époux au bailleur est efficace à l’égard de cet époux mais est en revanche inopposable à son conjoint qui conserve la qualité de locataire.

Réciproquement, la cotitularité oblige le bailleur à exercer ses prérogatives à l’endroit des deux époux, le congé adressé par le bailleur devant concrètement faire l’objet de deux lettres distinctes adressé à chacun des époux.

Cette cotitularité issue de la loi perdure jusqu’à la transcription du jugement de divorce sur les registres d’état civil, et le simple fait que le logement ait été par le passé le lieu d’habitation commun des deux époux suffit pour l’application de ce principe.


Au moment du divorce, le droit au bail peut être attribué à l’un des époux, « en considération des intérêts sociaux et familiaux en cause », même si en pratique les juges utilisent assez peu cette possibilité.

A noter enfin qu’à l’égard du bailleur, les époux restent solidaires des dettes de loyers, charges locatives et indemnités dues pour dégradation, et ce jusqu’à la transcription du jugement de divorce sur les registre d’état civil. Il s’agit en effet d’une dette ménagère obligeant solidairement les deux époux, peu important que l’un des deux époux ait notifié au bailleur son départ du domicile conjugal par un congé régulier, à la suite d’une autorisation de résider séparément donné par le juge.

Bien entendu ce principe de solidarité ne s’applique qu’au logement de la famille et ne concerne pas le logement loué par un des deux époux seul, après l’ordonnance de non conciliation.



Cet article n'engage que son auteur.

Crédit photo : © richard villalon - Fotolia.com

Auteur

PASQUIER-TAVERNE Marie-Caroline

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK